Face aux velléités de rachat de son concurrent PPG, le néerlandais AkzoNobel frappe fort et repousse les assauts pour assurer son indépendance. Le numéro un mondial de la peinture vient de dévoiler son plan stratégique. Il prévoit dans un premier temps de verser un montant total de 1,6 milliard d’euros à ses actionnaires en 2017, via un dividende exceptionnel de un milliard d’euros et une augmentation de 50% du dividende ordinaire à 2,50 euros par action.

Mais AkzoNobel contre-attaque par une deuxième proposition : vendre ou coter en Bourse sa division "chimie de spécialité" d'ici un an et regrouper ses activités de peinture et de revêtements industriels. Cette section réalise un tiers de son chiffre d'affaires avec des revenus de 4,8 milliards d'euros en 2016.

Pour le fabricant néerlandais, "ce plan générera une création de valeur supérieure, plus rapide et plus certaine que celle proposée par les alternatives, avec substantiellement moins de risques, d'incertitudes et de coûts sociaux".

Pour rappel, Akzonobel a rejeté deux offres de rachats de PPG en mars 2017 dont la dernière a été valorisée à 22,4 milliards d’euros. Deux offres insuffisamment élevées et néfastes pour l’emploi selon le groupe dont le bénéfice net ressort à 240 millions d’euros sur les quatre premiers 2017.