La maire de Paris, Anne Hidalgo, invitée de Franceinfo, lundi 28 août 2017, a défendu ses choix en matière de politique urbaine, et en particulier sa volonté de réduire la circulation automobile.

Accélérer les projets


La place de la voiture se réduit à Paris. La maire de la capitale estime que la ville avait du retard et qu'aujourd'hui, il faut accélérer les projets, et notamment le plan vélo.

"Il nous fait améliorer le réseau de transports en commun", a-t-elle ajouté avant de défendre la lutte contre la pollution. "La pollution, ça tue." Anne Hidalgo précise qu'elle ne change pas d'avis, même si elle a été menacée.


"Les lobbies automobiles, les lobbies du diesel (...) sont venus me menacer dans mon bureau, pour me dire - si vous n'arrêtez pas avec cette politique de lutte contre la pollution, on vous fera battre aux élections - ".

Notre Drame de Paris


La maire de Paris (PS) a aussi réagi à la parution du livre à charge "Notre-Drame de Paris" écrit par Airy Routier et Nadia Le Brun, "un livre à charge et caricatural" selon Mme Hidalgo, à paraître le 30 août.

"Ce qui m'importe c'est d'offrir une mobilité pour tous, y compris pour les gens de la métropole", a poursuivi l'élue parisienne. "La question des embouteillages existe depuis longtemps, Paris a pris du retard, car on n'avait pas les pouvoirs sur un certain nombre de voiries, que j'ai récupérés avec la loi sur le statut de Paris".