L'industrie automobile américaine devra-t-elle se réjouir d'une catastrophe? En l'occurrence, le malheur à du bon pour les constructeurs automobiles et leurs concessionnaires.

L'ouragan Harvey va également booster les ateliers d'après-vente.
En effet, les habitants de la région de Houston retrouvent leurs maisons dévastées par les inondations, mais ils doivent également rapidement racheter une voiture, indispensable dans cette zone où les distances sont grandes et les transports publics peu développés.

Le téléphone de la concession Houston Direct Auto n'arrête pas de sonner et sa boîte de messagerie électronique a explosé sous le coup de nombreux mails d'habitants, en quête d'une automobile pour se rendre au travail. Et des services de secours et d'urgence ou des ONG comme la Croix-Rouge ont besoin de véhicules pour leurs missions.

Detroit relancé


Nombre de concessions automobiles de la région de Houston ont vu leurs stocks détruits.
Pour l'industrie automobile américaine en pleine saturation, Harvey tombe à pic et devrait relancer des ventes en berne depuis plusieurs mois.

Le rebond, attendu à partir d'octobre, devrait être "beaucoup plus important" que lors de Sandy, avance Ryan Brinkman, expert chez JPMorgan. General Motors (GM) devrait pouvoir en profiter pour réduire ses stocks qui inquiètent les marchés financiers depuis quelques mois, ajoute-t-il.

La hausse des prix des voitures et l'intérêt des populations locales pour les "trucks" (camionnettes à plateau) aux marges lucratives devraient en outre améliorer les profits des trois géants de Detroit -GM, Ford et Fiat Chrysler-, qui en sont les gros producteurs.


500 000 voitures à remplacer



Le cabinet Black Book estime qu'il va falloir remplacer quelque 500.000 voitures, soit davantage que les 250.000 véhicules endommagés par l'ouragan Sandy ou les 200.000 recensés lors de Katrina, selon Cox Automotive.

À ce jour, environ 150.000 requêtes de particuliers ont été déposées auprès des assureurs, d'après le lobby local de l'assurance, l'Insurance Council of Texas (ICT). Sur les 33.000 demandes d'indemnisation reçues par l'assureur Farmers Insurance, un tiers concerne l'automobile.

Le coût total représenterait un peu plus de 2 milliards de dollars, estime Mark Hanna de l'ICT. Cette estimation pourrait être révisée selon lui, car "certains véhicules n'ont pas encore été localisés".

L'inévitable marché noir -


"La majorité des gens à Houston se reposent beaucoup sur leurs voitures. Ils en ont besoin pour aller au travail, à l'école, au supermarché", souligne Andrea French, directrice de l'ONG Transportation Advocacy Group Houston, qui milite pour un développement des transports publics.


En attendant les réponses des assureurs, il faut trouver des solutions de transport temporaires. Une grande partie des contrats d'assurance stipule que l'assureur peut couvrir les frais de location d'un véhicule ou des services spécialisés, tels Uber et Lyft, en cas d'importants dommages, indique Mark Hanna.

"Nous acheminons les voitures dans les régions affectées aussi rapidement que possible pour augmenter les stocks et répondre aux besoins des clients", assure Katie McCall, porte-parole d'Avis Budget.

L'efficacité du cash


Ford octroie pour sa part un rabais de 1.000 dollars pour tout achat d'un véhicule neuf.
En dépit de ces mesures, il reste difficile de trouver une voiture, explique Andrea French, ce qui incite certains à payer en cash: "Si vous avez des espèces, c'est une affaire de minutes.
Je vous montre la voiture, on signe le contrat, vous en prenez possession et vous êtes repartis 45 minutes plus tard
", raconte Zek.

Aux États-Unis, un acheteur peut repartir avec le véhicule le jour même, mais le processus peut être un peu plus long pour les acquéreurs finançant l'achat via un prêt en raison des formalités, précise-t-il.

La forte demande fait craindre le fleurissement d'un marché noir de la voiture d'occasion car environ 15% des propriétaires de voitures au Texas n'ont pas d'assurance, selon l'ICT.