Après une analyse approfondie de l'ensemble de la filière automobile, non seulement l'Autorité de la concurrence a publié un avis qui identifie clairement les points de blocage d'un bon fonctionnement de la concurrence en après-vente mais elle propose aussi des solutions pour renforcer son activité économique.

Cinq points se dégagent de cette analyse :
  • ouvrir de façon progressive et maîtrisée le marché des pièces de rechange visibles,
  • permettre aux équipementiers de commercialiser plus librement les pièces de rechange en général,
  • contrôler et, le cas échéant, sanctionner les entraves à l'accès aux informations techniques des constructeurs,
  • rédiger en termes clairs et explicites les contrats de garantie et d'extension de garantie,
  • veilller à ce que les prix conseillés des pièces diffusées par les constructeurs et les équipementiers ne conduisent pas à limiter la concurrence par les prix entre les opérateurs.

La Feda approuve pleinement ces recommandations qu'elle appelle depuis de nombreuses années et qui sont de nature à restaurer le pouvoir d'achat des automobilistes, à dynamiser l'activité économique de la filière et à créer de nouveaux emplois.

La Fédération regrette néanmoins que la suppression du monopole sur les pièces captives préconisée par l'Autorité, votée en 2007 par le Parlement européen et adoptée sous la forme d'une « clause de réparation » par plusieurs pays de l'UE et tous ceux limitrophes de la France, ait pris un tel retard dans l'Hexagone, laissant ainsi s'établir les usines de pièces à l'extérieur de nos frontières plutôt que sur notre territoire.

Les recommandations de l'Autorité complètent utilement le plan automobile présenté en juillet par le gouvernement. C'est dans ce cadre que la Feda se tient prête à collaborer avec les pouvoirs publics pour la mise en oeuvre rapide et concrète des dispositions envisagées. Cela permettrait  aux acteurs français d'intégrer le marché européen de la fabrication et de la distribution des pièces visibles (phares, feux, pare-chocs, rétroviseurs, pièces de carrosserie...). 

Lire aussi : « L'Autorité de la concurrence veut libérer les pièces »