Et de trois...Après Volkswagen et Renault, Fiat-Chrysler soumis à une enquête des juges d'instruction parisiens sur des soupçons de tromperie sur les véhicules diesel.

Le parquet de Paris a ouvert le 15 mars une information judiciaire à l’encontre de Fiat-Chrysler (FCA) pour tromperie sur la qualité substantielle d’un produit. Cette tricherie a eu pour conséquence de rendre les marchandises dangereuses pour l'homme ou l'animal.

La ligne de défense du constructeur italo-américain est de se dire couvert par Rome. Ainsi mis sur la sellette, "FCA réaffirme pour la énième fois que ses véhicules diesel sont pleinement conformes aux normes en matière d'émissions, comme confirmé par la seule autorité compétente concernant les homologations de FCA, le ministère italien des Transports".

Trois juges d'instruction mèneront les investigations


Trois juges d'instruction du pôle santé publique vont être désignés pour mener des investigations sur un possible système visant à truquer les tests d'homologation de certains moteurs pour les faire passer pour moins polluants qu'ils n'étaient.

Cette nouvelle enquête judiciaire fait suite à un rapport de la Direction de la répression des fraudes (DGCCRF). Elle vient s'ajouter aux deux autres qui visent Volkswagen et Renault.

Les conclusions transmises par le gendarme de la consommation au parquet de Paris s'appuyaient sur les résultats de tests menés sur des véhicules et "l'analyse de documents transmis par le constructeur", indiquait en février le ministère de l'Economie.

Aux Etats-Unis aussi FCA est accusé


Aux Etats-Unis, Fiat-Chrysler est accusé d'avoir violé la législation sur la pollution en dissimulant l'existence d'un logiciel équipant plus de 100.000 véhicules diesel dans ce pays.

PSA, lui aussi visé par un rapport de la DGCCRF, transmis au parquet de Paris, pourrait à son tour faire l'objet d'une enquête judiciaire.

A ce jour, Opel est la seule marque à avoir été exonérée de soupçons de tromperie sur les émissions de ses véhicules diesel, dans le cadre de l'enquête de la Répression des fraudes.