Quelques mois seulement après le rapprochement capitalistique entre PSA et Aramisauto.com, fin 2016, le spécialiste de la vente de véhicules d’occasion amorçait son premier développement en dehors de nos frontières. En avril 2017, Aramisauto.com annonçait une prise de participation majoritaire dans la société espagnole Clicars.com. Fondée en 2016, la jeune société espagnole profite de son nouvel actionnaire et d’un marché de l’occasion dynamique (+2,5% à fin mars 2018) pour enregistrer « une croissance importante ».

Atelier de reconditionnement à Madrid


« Le modèle économique de Clicars.com est assez différent du nôtre car la société commercialise principalement des véhicules d’occasion, et peu de 0km, et son approche reste encore très digitale. Au cours des derniers mois, nous avons apporté notre savoir-faire en matière de reconditionnement des véhicules ou des méthodes de vente par téléphone », souligne Guillaume Paoli, co-fondateur d’Aramisauto.com. La société espagnole dispose depuis quelques mois d’un premier showroom digitalisé dans la ville de Barcelone, calqué sur certains sites d’Aramisauto en France. Un point de vente qui aura valeur de test. Le groupe a également récupéré un ancien site industriel détenu par PSA, à Villaverde (au sud de Madrid), pour y implanter le siège de Clicars.com et créer un atelier pour le reconditionnement des véhicules.

Des ambitions européennes


Sur un marché espagnol « encore très fragmenté », Clicars.com demeure un petit acteur, qui pèse un millier de véhicules d’occasion. « Notre ambition est de devenir le leader de la vente digitale en Espagne, et plus largement la solution préférentielle des consommateurs en Europe. Nous réfléchissons à d’autres expansions, qui pourraient se concrétiser en 2018 ou en 2019. Nous restons ouverts à un développement organique ou à un rapprochement avec un acteur existant, comme celui initié en Espagne », confie Guillaume Paoli.

En France, Aramisauto a étoffé son maillage au cours des derniers mois via trois nouveaux points de vente, à Avignon, Brest et Strasbourg (une nouvelle adresse plus moderne). Depuis septembre 2017, une troisième équipe est à pied d’œuvre sur le site de Donzère afin de permettre à la société de développer son offre de voitures d’occasion.

« L’enjeu pour nous sur le marché français est d’améliorer les process opérationnels afin de délivrer une meilleure expérience à nos clients, et ce avant, pendant et après l’achat. Sur le marché de l’occasion, et en particulier en France où l’expérience client n’est pas terrible de manière générale, cela constitue un vrai élément de différenciation », conclut Guillaume Paoli.