Puisque tous les voyants sont au vert pour Autodistribution (lire article sur les chiffres 2016), la prochaine étape est d'accélérer un peu plus la digitalisation de son réseau. Selon le groupe, il est enfin armé pour "gagner la bataille de l'innovation commerciale".

Côté distribution d’abord. Le portail de la réparation et de l’entretien automobile multimarque, Autossimo, créé il y a 15 ans, a retrouvé une seconde jeunesse. Non seulement la plateforme s’offre une nouvelle identité mais elle intègre de nouvelles fonctions. Dès septembre 2017, les professionnels profiteront d’un outil plus rapide et plus complet. D’après Autodistribution, il suffira de deux clics pour trouver leur produit.

« Les recherches sont faites en 12 secondes de moins que la version précédente, qui se transformeront en 80 000 nouvelles heures précieuses pour les réparateurs et les vendeurs pour développer leur business », selon le groupe.

Autodistribution a également incorporé des nouvelles familles de produits, comme les pneumatiques, la peinture ou encore les consommables.

« Nous sommes fiers de leur présenter un portail évolutif couvrant toujours plus de données. En tant que distributeur, nous avions peut-être trop tendance à nous endormir. Et nous nous sommes demandé pourquoi nous n’y avons pas pensé avant. Notre objectif est donc d’agglomérer tous les besoins de nos clients en une seule solution », annonce Laurent Desrouffet, directeur commerce et réseaux VL d’Autodistribution.

144M€ de CA pour Autossimo


Autossimo a réalisé plus de 144 millions de chiffre d’affaires en 2016, soit plus 20% du résultat du groupe. C’est aujourd’hui 90 marques et 2 millions de références.


Côté réparation ensuite. Pour l’année 2017, Autodistribution va mettre le paquet sur son DMS (Dealer Managment System) pour ses réparateurs et carrossiers. Cet outil informatique, développé en partenariat avec Fiducial, couvre 61% du réseau carrosserie actuellement mais l’objectif est de passer à 100% d’ici à 2018. Pour la mécanique, deux outils seront également opérationnels fin 2017.

ad.fr, le premier apporteur d’affaires


La nouveauté : le déploiement de ces DMS sera accompagné par des tablettes. Les professionnels vont pouvoir accueillir leurs clients et s’interfacer directement avec le rendez-vous et le devis en ligne. Le site internet ad.fr est le premier apporteur d’affaires du groupe et génère 8 millions d’entrées, soit 1,6 million euros de recette.

Le digital s’invite également dans le pôle formation. Plus personnalisé, ce service propose un bilan de compétences par spécialisation et est couplé d’une formation virtuelle, toujours dans le but d’optimiser au maximum le temps du réparateur. Car c’est après la validation de ces deux étapes que ce dernier pourra se rendre en formation dans un atelier.