Et de cinq qui font un. L’arrivée au 1er avril 2016 du nouveau groupement de distributeurs indépendants Alternative Autoparts, fusion des sociétés IDLP et ATAC, a fait basculer Autolia Group au-delà de la barre du 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires consolidé (1,067 Mds€ précisément). Articulé autour des entités Agra, Flauraud, TF, TVI et Alternative Autoparts, l’ensemble s’appuie désormais sur un réseau de 408 points de vente, un maillage de 497 ateliers de réparation sous enseigne, 5 plateformes nationales et 7 plateformes  régionales.

A lui seul, Alternative Autoparts apporte un chiffre d’affaires de 126 millions d’euros (dont 110 M€ pour IDLP), et un total 35 points de ventes hexagonaux.
Pour Autolia Group, les fondements de l’organisation restent identiques : la concentration et l’optimisation des achats de pièces. Avec de tels chiffres, le « groupement des groupements » se présente comme un interlocuteur sérieux pour les équipementiers et se pose surtout comme une alternative plus que solide face aux principaux groupements que sont l’Autodistribution et Alliance Automotive Group, « aux objectifs déterminés par les financiers ». Une logique dans laquelle le groupement IDLP ne s’inscrivait plus, davantage sensible à la philosophie et la culture d’indépendance défendues par Autolia.

« Nous avons besoin de nous regrouper afin d’obtenir des conditions commerciales, qui nous permettent de nous battre sur le terrain, face à une concurrence qui grossit en France mais aussi à l’étranger. Tout ce que le groupe financier nous prenait auparavant, nous le gardons pour nous et l’injectons dans les entreprises. C’est un vrai bol d’air », confie Patrice Godefroy, président d’Alternative Autoparts.

Si Autolia Group annonce « sa farouche volonté de se développer en suivant la même ligne conductrice », chaque groupement conserve une forte autonomie, qui se matérialise par des réseaux de réparation et des MDD qui leur sont propres. Les synergies ou projets communs en la matière se révèlent donc complexes, et pas forcément à l’ordre du jour.