Vulog poursuit sa route à l’international. Après avoir bénéficié de deux premiers financements conséquents, le spécialiste français de la mobilité partagée crée encore la surprise et annonce une levée de fonds de 17,5 millions d’euros. Pour accélérer son développement et conserver son leadership dans les nouvelles technologiques, la start-up peut compter sur plusieurs investisseurs tels que Frog Capital et ETF Partners (Royaume-Uni), Inven Capital (République Tchèque) et Bpifrance par le biais de sa filiale Ecotechnologies.

« Cette nouvelle levée de fonds vient renforcer nos ambitions sur le marché de l’autopartage. Nous avons connu une croissance exceptionnelle ces 18 derniers mois et ce financement va accélérer l’exécution des prochaines étapes de notre plan, notamment en Amérique du Nord », se félicite Grégory Ducongé, PDG de Vulog.

En plus de ses bureaux en France, à Toronto et Vancouver, le dirigeant souhaite s’installer dès la rentrée 2017 dans la célèbre Silicon Valley. Mais avec ses équipes, Grégory Ducongé se mobilisera également sur le déploiement de plusieurs projets majeurs en Europe et en Asie.

Fondé en 2006, Vulog propose aux opérateurs de mobilité comme les loueurs de voitures, les constructeurs ou encore quelques jeunes pousses, des services d’autopartage en free-floating, de station à station ou en boucle. Ces solutions leur permettent d’adapter le produit de mobilité via des outils de gestion, des applications mobiles, des actions marketing ou encore de la technologie embarquée. Ces logiciels à distance (intégrés dans le « cloud ») et et dématérialisés gèrent plus de 10 millions de trajets d’autopartage par an en Europe, en Océanie et en Amérique. Par exemple, 550 véhicules électriques emov à Madrid (PSA et Eysa) sont équipés et 120 000 utilisateurs testent donc les services.