Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, les automobilistes ont appris à se familiariser avec les rapports Carfax et AutoSheck lors de l’achat ou la vente d’un véhicule d’occasion. Depuis dix ans, les ventes de VO en Belgique sont encadrées par la délivrance du document Car-Pass. Mais en France, comme dans beaucoup de pays européens, aucun service ni rapport ne permet de retracer l’historique d’un véhicule, que ce soit son kilométrage, le profil et le nombre de propriétaires ou encore les réparations et les interventions d’entretien réalisées. Depuis janvier 2017, la vitrine Autorigin.fr apporte les premières réponses à ces interrogations. Après avoir inscrit le numéro de sa plaque d’immatriculation, l’Internaute obtient un « semi rapport », qui livre les principales caractéristiques de sa voiture (date de mise en circulation, cylindrée…). Pour accéder au rapport complet, le particulier doit débourser 4,90€ et le professionnel 3€ (tarif dégressif en fonction de la volumétrie).

La première étape du projet


A ce stade du développement, Autorigin permet de visualiser le nombre de propriétaires depuis la première immatriculation du véhicule en France, leur durée de détention, leur profil (particulier, loueur, auto-école, taxi) et les zones géographiques où ils ont roulé (ville, plaine, montagne…). La société peut aussi savoir s’il s’agit d’un véhicule qui est resté en stock chez un garagiste, s’il est sorti du parc français, s’il a été importé ou s’il s’agit d’un VHU. Le site livre enfin une analyse du modèle par rapport aux tendances observées en France.
 


« Nous ne nous intéressons pas aux conducteurs mais à son véhicule et nous fournissons un rapport en toute objectivité et neutralité », revendique Fabien Cohen-Solal, qui mené le développement du projet depuis fin 2015, et qui vient d’être rejoint par Laurent Bermejo, ancien directeur général de Bureau Veritas. Autorigin.fr, dont le lancement officiel est prévu en juin, sera enrichi de nouvelles informations dans les prochains mois, au gré des discussions menées avec divers acteurs.

Une aide à la vente


Avec ce service, la société entend apporter de la transparence dans les transactions de véhicules d’occasion, rassurer les acheteurs et permettre aux professionnels de renforcer leurs annonces en ligne. L’objectif final étant de déclencher des ventes additionnelles et d’accélérer la rotation du stock.

« Si un particulier hésite entre deux modèles, il portera peut-être plus volontiers son choix sur celui qui propose le rapport Autorigin, défend Fabien Cohen-Solal. Si nous pouvons faire gagner ne serait-ce que deux jours de stock par modèle à un distributeur, c’est considérable ».

Si la société ne ferme pas la porte aux particuliers et aux sites de petites annonces, c’est bien les professionnels qu’elle entend cibler en premier lieu. « Le marché de l’occasion se renouvelle et se professionnalise. Les distributeurs et les marchands proposent de plus en plus des produits âgés de plus de 5 ans et l’enjeu est de faire en sorte que les particuliers achètent leur VO au sein des points de ventes et non plus entre eux ».

Le groupe Bodemer propose le rapport Autorigin


Depuis deux mois, le groupe Bodemer expérimente le service sur son site Internet. Chacune des annonces de VO diffusées en ligne propose un lien qui renvoie vers l’historique du modèle. Un ajout qui a nécessité une journée de développement. L’opérateur breton a pris le parti de payer ce service au bénéfice des Internautes qui visitent son site.

« A ce jour, environ une personne sur trois qui a consulté une annonce a cliqué sur le bouton Autorigin. Nous pouvons aussi établir une corrélation entre les particuliers qui ont contacté le groupe pour acheter un véhicule et la consultation de son historique », relève Fabien Cohen-Solal, qui poursuit les discussions avec d’autres groupes de distribution.