Jaguar-Land Rover (JLR), propriété du groupe Tata, l'a confirmé : ce sont 1000 travailleurs temporaires qui ne seront pas réemployés prochainement. Ces non-reconductions concernent des emplois d'opérateurs industriels dans divers sites de JLR au Royaume-Uni : "En raison des continuels soubresauts qui touchent l'industrie automobile, nous procédons à des ajustements de nos plans de production et du nombre de nos opérateurs" a fait savoir le constructeur, qui précise aussi rester totalement "engagé" vis à vis de son appareil industriel en Angleterre.

JLR n'a pas commenté plus avant les raisons qui poussent la marque à baisser les cadences de production. Selon l'agence Reuters, le souci premier proviendrait de la chute des ventes de véhicules diesels, qui est bien plus vertigineuse en Angleterre qu'en France : -33,3% d'immatriculations de VN à gazole au premier trimestre 2018 ! Dans ce contexte, JLR n'a donc pas brillé sur son marché domestique sur ce début d'année : 9709 Jaguar vendues (-26%), 23 815 Land Rover (-19,9%).

Jaguar Land Rover emploie 40 000 personnes au Royaume-Uni.