Plus de 60 millions de membres et une application téléchargée plus de 30 millions de fois dans le monde, la start-up française Blablacar affole les compteurs depuis sa création en 2014. Mais ses fondateurs, Frédéric Mazella et Nicolas Brusson, ne veulent pas pour autant rester sur des acquis. Après le lancement de BlaBlaLines en 2017 ou encore le récent changement de son identité visuelle, la plateforme de covoiturage souhaite démultiplier les possibilités de trajets proposés à sa communauté d’utilisateurs à l’aide d’un nouvel algorithme de recherche de trajets.

La question que se pose le président de la société est « comment réussir à connecter les personnes au niveau local ? ». En évitant les déplacements inutiles dans les grandes villes ou la course contre la montre car 85%* de Français ne vivent pas près d’un grand hub de transport (*source Insee).

« Nous mettons en place un nouveau paradigme. Avant, les utilisateurs partaient de plusieurs points centraux, il y en a plus de 38 000 en France, et aujourd’hui nous pouvons leur proposer un BlaBlaCar près de chez eux », souligne Frédéric Mazella.


L’idée est de développer des trajets « point à point », à savoir, aller plus loin qu’un simple Paris-Lyon en renseignant les adresses exactes de départ et d’arrivée. Les conducteurs proposant un trajet plus précis seront alors « matchés » avec des passagers qui veulent passer par le même chemin. Le nouveau moteur de recherche proposera alors des points de rendez-vous sur cette même route entre tous les passagers et conducteurs désireux de faire le même déplacement.

« En proposant davantage de points de connexion, il va donc y avoir une explosion de choix pour nos membres et le taux de remplissage des voitures va accroître. Nous étions davantage sur du déclaratif avec les étapes, tout était entré manuellement mais là nous allons procéder à de véritables calculs et propositions de rencontres. Nous devenons un réel service de proximité », ajoute Frédéric Mazella.

On connaissait cette fonction pour les plateformes de VTC mais il s’agit d’une évolution concernant les déplacements longue distance. Et en capitalisant sur la taille de sa communauté, la start-up souhaite bâtir un réseau de mobilité plus intelligent et transformer chaque route en une potentielle ligne de transport. Le service est en cours de tests, il pourra voir le jour dans les prochains mois.