La plateforme de covoiturage BlaBlaCar pourrait largement profiter de l'avènement de la voiture autonome, synonyme de plus de trajets partagés.

C’est ce qu’a estimé le directeur général de l'entreprise, Nicolas Brusson.

"Lorsque quelqu'un prend sa voiture, en règle générale, c'est pour se rendre d'un point A à un point B. Mais si la voiture se conduisait seule, je pense que 95% des gens seraient ravis", a-t-il expliqué.


Le modèle économique de BlaBlaCar ne changera pas fondamentalement


"Je pense qu'on va vivre une transformation avec des voitures autonomes mais aussi, pour beaucoup, des voitures partagées et notre rôle restera de remplir ces voitures, de permettre à deux ou trois ou quatre personnes de se retrouver dans une voiture autonome", a ajouté M. Brusson.

Partant de ce constat, le directeur général de BlaBlaCar estime qu'"il y en a qui n'auront pas de voiture et il y en a qui auront des voitures autonomes et qui partageront leurs voitures autonomes beaucoup plus".

"On aura besoin d'une place de marché entre les deux pour partager les voitures autonomes et les gens qui veulent voyager. Finalement le modèle de BlaBlaCar ne change pas tellement. Le seul truc qui disparait, ce sont les pédales et le volant pour une des personnes dans le BlaBlaCar", a poursuivi M. Brusson.