Après une bonne année 2017, BMW démarre bien 2018. Tirée par l’Asie (+6,3%), l'entreprise munichoise a vu ses livraisons mondiales augmenter de 3,0% à 604.629 voitures.

Mais son chiffre d'affaires a souffert d'un effet de change négatif (-5,1% à 22,7 milliards d'euros). Hors effets de change, ce chiffre est en léger recul de 0,7%.

En Europe, les ventes sont globalement en hausse (+1,0% à 267.996 unités), mais en baisse de 2,7% au Royaume-Uni "en raison de l'incertitude persistante liée aux négociations sur le Brexit", indique le groupe.

Croissance des coûts liés à la R&D


Le bénéfice avant impôts, mesure clé pour BMW, était quasi stable (-0,5% à 3,18 milliards d'euros) "malgré une croissance des coûts et d'importants investissements liés à la recherche et au développement", affirme le groupe.

Si un effet positif exceptionnel lié au service de cartographie "Here" a porté ce chiffre au premier trimestre 2017, le début de l'année 2018 a été positivement marqué par le rachat des 50% du loueur de voitures Sixt dans le service d'autopartage DriveNow.

"Nous continuons sur notre lancée pour faire de 2018 une nouvelle année record", a déclaré le directeur financier de BMW", Nicolas Peter.


Pour 2018, l'entreprise vise notamment "de nouveaux records" des ventes de sa branche automobile, et table sur un bénéfice avant impôts stable.