En dépit des annonces des uns et des autres, Harald Krueger, PDG du groupe BMW, a remis les pendules à l'heure selon Reuters : "Si l'on veut gagner la course, il faut avoir les coûts les plus compétitifs du segment, sinon, il est impossible d'augmenter les volumes" a-t-il fait savoir à des analystes financiers réunis à Munich.
M. Krueger indique ainsi que l'électrification de masse, qui est aussi annoncée dans les plans produits de BMW, ne pourra intervenir avant 2020. Date à laquelle la 5e génération de véhicules électriques BMW devrait être en mesure de générer des profits, contrairement à la 4e génération actuelle...

Un fait qui n'empêchera toutefois pas le constructeur allemand de lancer une nouvelle Mini électrique dès l'an prochain, ou un BMW X3 100% "zéro émission" dès 2020.

La difficile rentabilité des véhicules électriques n'est pas vraiment un secret parmi les constructeurs. A l'occasion du salon de Francfort en septembre dernier, le président du directoire de PSA avait une nouvelle fois pris la parole sur le sujet : "Les véhicules sont beaucoup plus onéreux que les véhicules thermiques équivalents, les subventions permettent de les vendre. Mais combien de temps dureront-elles ?" s'était publiquement interrogé Carlos Tavares. Avant d'ajouter que "la mobilité propre est aussi un problème économique" et que "si les entreprises ne génèrent pas de profit, cela ne pourra pas durer".