L'apostrophe imprimée sur les calicots a valeur de revendication stratégique : « BodemerAuto.com, 33e point de vente du Groupe Bodemer ». Le groupe breton qui compte déjà 32 sites, exclusivement Renault, Dacia, Nissan en Bretagne et en Normandie (1), situe clairement l’ambition du site Internet qu’il ouvre officiellement, ce jeudi (12 septembre), devant 100 dirigeants et cadres de ses établissements suite au teasing déjà évoqué par L'argus.




Le groupe caractérise son site de « plate-forme » par l’ampleur de l’offre de services. Le président indique que la conception et la réalisation du site résultent de l’observation minutieuse des sites concurrents et étrangers. Le site exprime, en effet, des fonctionnalités “pensées”. Dès la page d’accueil, on relève la recherche « par mensualités », en bas de page, un pavé d’exploration rapide du stock par les catégories figurées par des vignettes de véhicules “Berline”, “Coupé”, “Monospace”, “Tout terrain, 4X4”, “Break”,  “Société”…

Mais c’est é videmment dans le fonctionnement, le mode opératoire et le niveau de services offert que réside la valeur ajoutée de BodemerAuto.com. Le site intègre la vente de VN, de VO, d’utilitaires : la réservation du véhicule contre l’acquittement d’arrhes (210 €, quel que soit le véhicule), avec désengagement légal de 7 jours, la finalisation de la transaction par la concession, la livraison possible à domicile avec aide à la prise en main sur place. Le site propose également la vente d’accessoires (la commande et le paiement se font en ligne), la prise de rendez-vous après-vente et la demande de devis d’entretien et propose enfin à l’internaute de racheter son véhicule.

Une vidéo de VO en 40 mn
Le candidat à l’acquisition d’un VO peut en demander la vidéo ; Bodemer assure la lui fournir dans les 40 mn. Une performance puisque chaque véhicule ne fait évidemment pas l’objet d’une vidéo toute prête, qu’il faut donc aller effectuer la prise de vue sur site, la formater et la livrer. La prise des rendez-vous après-vente se fait en direct par téléphone ou mail par les collaborateurs de la concession proche de l'e-consommateur. « Cette réponse personnalisée permet de proposer le créneau temps adapté à l’objet  de la demande et à l’intervention nécessaire », explicite Benoît Briard, directeur des Ressources matérielles.

Les opérateurs de Briocar répondent « instantanément » aux questions des internautes par téléphone ou mail de 8H30 à 9H, 7 jours sur 7, par tchat, 6 jours sur 7. « Le site nous a conduit à renouveler les équipements et postes téléphoniques pour bénéficier de la VoxIP, à distribuer des tablettes pour que les répondants soient le plus réactifs possible », précise Thibaud Carissimo, chef des ventes. Le temps moyen de réponse, jusqu’ici, avant l'ouverture, est « d’une heure à une heure et demie ». Bodemer se veut aussi très offensif dans la commande et la distribution d’accessoires avec la mise en ligne du stock de tous les points de vente, la possibilité de livrer à domicile.

« Trouvez un groupe qui propose autant de fonctionnalités et de disponibilités ! », résume le directeur des Ressources matérielles. Briocar, la « 8e filiale » du groupe, créée, le 1er janvier dernier, -3 personnes-, a piloté la conception, la réalisation de la plate-forme et la formation des collaborateurs.

« Une révolution pour le groupe »
« Nous n’avons pas la prétention de révolutionner notre profession mais c’est révolutionnaire pour notre groupe », concède le président en soulignant que BodemerAuto.com constitue « un nouveau virage qui doit bénéficier autant aux clients qu’à nos salariés ». Les objectifs financiers sont à l’unisson de l’offre et du site, « ambitieux et réalistes ». Laurent Payrat, directeur commercial, vise la vente de 50 0 VN par Internet « en croisière », 2500 occasions à particuliers, et transformer « rapidement » 3000 clients/an en après-vente.
Le directeur général et financier, Jean-Yves Monnier a établi un budget de fonctionnement de 400 000 €/an. Qui sera évidemment répercuté sur les concessions. « Mais nous agissons comme apporteur d’affaires, pour doper l’activité de nos sites, apporter une nette amélioration de la qualité de service à nos clients, pas pour réduire les prix, précise le président. La rémunération des transactions se fera sur le modèle de celle des agents. »

2013 : vers la sortie du tunnel
Groupe familial toujours présenté “sage” et, chaque année, rentable, Bodemer a souffert de la crise comme tous ses confères, avec, notamment, pour la première fois de son histoire, en 2012, une année négative. « Nous étions néanmoins dans la situation standard de la profession et dans la moyenne du réseau Renault », relativise Jean-Yves Monnier, en ajoutant que dans ce contexte tendu, le groupe a fait l’acquisition de la plaque Bretagne du groupe Schuller : « Nous ne pouvions pas manquer cette opportunité impérative pour combler notre maillage en Finistère », a justifié le président. Le groupe n’a néanmoins recouru à aucun plan social; comme nombre d’homologues, il n’a simplement pas renouvelé les partants et a suspendu le recrutement.
2013 permet d’esquisser un sourire. En écho avec le PDG de Renault au Salon de Francfort, mais aussi « en adéquation avec le sentiment de beaucoup de membres de la profession », Alain Daher a dit « être encore dans le tunnel mais en apercevoir la sortie ». « Nous devrions retrouver l’équilibre à la fin de 2013 », pronostique le directeur financier. « Nous n’avons pas besoin d’une reprise forte, a complété le président, nous voulons simplement stabiliser la situation, éviter que le sol se dérobe sous nos pieds. »

« Une taille maintenant suffisante »
Si les finances contraignent à la prudence, le groupe n’entrevoit-il pas, pour autant, de profiter d’offres de cession commandées par la crise ? Non, assure A. Daher, « nous arrivons à la taille suffisante, à la fois géographiquement pour avoir une bonne maîtrise de nos sites (-3 heures de route de mon bureau-), pour attirer des compétences que ne pouvions  nous offrir jusqu’ici, tel un directeur des Ressources matérielles, et m’asseoir face au constructeur en ayant le sentiment que notre parole, nos jugements et sentiments pèsent ». Le groupe inaugure, ce soir également sa concession totalement rénovée de St Lô (Manche).

Enfin, puisque la question de l'apprentissage est d’actualité, interrogé sur la suppression de l’indemnité compensatoire de formation pour l’embauche de jeunes en alternance pour les entreprises de 10 à 50 salariés (il est maintenu pour celles de moins de 10), Alain Daher a fustigé « une mauvaise décision, comme toutes celles qui nuisent à l’emploi ». Une parole qui pèse de la part d’un des groupes du top 5 français, où les apprentis représentent 7 % des effectifs et qui s’est -s’était, dira-t-on, en attendant le projet de loi qui doit réformer l’apprentissage- fixé l’objectif de 10 %.

(1) 23 concessions, 9 sites secondaires ou agents propres, 222 agents indépendants. Créé en 1926 par Pierre Bodemer, le groupe, toujours 100 % familial, en est à la 3e génération avec Alain Daher, gendre du fondateur, et à la 4e, avec l'entrée dans l'entreprise du fils du président et de son neveu, Thibaud Carissimo. Le groupe, qui emploie 1160 personnes, a vendu 13 500 VN et 12 000 VO en 2012, pour un CA de 400 M€.