Si l'équipementier allemand a dépassé son objectif de 50 Md€ de chiffre d'affaires, l'an dernier, il s'attend cependant à une croissance ralentie de 3 à 5 % de celles-ci, en 2012. 

Il a toutefois manqué un bénéfice avant impôt équivalent à 7 ou 8% de ce chiffre d'affaires. Avec un bénéfice imposable d'environ 2,6 Md€, la marge n'a atteint que 5% en raison de charges exceptionnelles. Bosch a notamment invoqué la hausse du coût des matières premières, les investissements dans les technologies d'avenir comme l'électromobilité, les énergies renouvelables et des dépréciations dans sa division solaire.

Le groupe prévoit, pour 2012, une hausse de son chiffre d'affaires comprise entre 3 et 5% malgré la crise de l'euro et le ralentissement de l'activité mondiale. Le "positif" devrait venir pour lui d'Asie-Pacifique, notamment de Chine, d'Inde et d'Amérique du Nord.

La division "équipement automobile" à rapporté, l'an dernier, 30 milliards. Après l'annonce, hier, du rachat de l'américain SPX pour 883 M€, Bosch devrait dévoiler ses résultats annuels détaillés le 26 avril prochain.