« Réglez le problème d’ici à la fin de l’année ! » Dans une lettre adressée, le 7 septembre 2017, au président du directoire du constructeur allemand, Matthias Muller, les autorités de protection des consommateurs des pays l‘Union européenne exhortent Volkswagen à réparer d‘ici la fin de l‘année les véhicules équipés de moteurs diesel susceptibles de dépasser les seuils autorisés de pollution.

Contre le deux poids, deux mesures. Le groupe Volkswagen s‘est engagé à verser des milliards de dollars aux propriétaires de tels véhicules aux Etats-Unis, en revanche il a jusqu’à présent rejeté les demandes d‘accorder le même traitement en Europe. Or sur ce marché, 8,5 millions de véhicules sont concernés mais les réglementations différentes réduisent les risques de devoir verser une compensation.

Volkswagen doit respecter son calendrier


Dans ce courrier cosigné par la Commission européenne, les autorités de protection du consommateur de l‘UE demandent que Volkswagen confirme être en mesure de respecter le calendrier qu‘il a lui-même fixé pour enlever les logiciels permettant de tromper sur le niveau réel des émissions polluantes.

L'UE donne un mois à Volkswagen pour confirmer que le calendrier sera respecté, alors que selon la Commission "les autorités de protection des consommateurs de l'UE continuent de recevoir des informations selon lesquelles de nombreux véhicules concernés n'ont pas encore été réparés".

"Elles exigent une transparence totale en la matière, y compris un compte rendu détaillé de ce qui a été réalisé et de ce qui reste à faire", poursuit la Commission.

"Aucune demi-mesure ne sera tolérée", a déclaré Vera Jourova, commissaire européenne chargée de la protection des consommateurs. C‘est uniquement en agissant de concert que les autorités de protection des consommateurs peuvent garantir le respect de la loi européenne”.


L'Europe du côté des consommateurs

“Avec cette position commune, les consommateurs européens peuvent être sûrs que les autorités chargées de la consommation des Etats membres et la Commission européenne sont de leur côté et que les demi-mesures ne seront pas acceptées.

Chaque Etat membre devra néanmoins s‘assurer du suivi des actions.

Les signataires de la lettre demandent notamment au constructeur de tenir informés les propriétaires le plus rapidement possible et d‘assurer juridiquement que cette réparation technique ne fera pas baisser la valeur de leurs véhicules.