La dernière édition du recueil "Activité et Tendances", menée par la Fédération des centres de gestion agréés à partir d'un échantillon de près de 19 000 TPE, dresse un bilan positif pour les entreprises du secteur auto-moto en 2016. En effet, après six années de baisse, dont un repli de 2,8 % en 2015, le chiffre d’affaires est reparti à la hausse en 2016 (+0,9%). Il s’agit d’ailleurs du secteur d’activité qui a le plus progressé l’an passé parmi les 8 sphères professionnelles analysées.

Si les garagistes réparateurs indépendants ont pu bénéficier d’un marché automobile en progression de 5,1% l’an passé, l’étude listent d’autres facteurs qui expliquent ce regain d’activité dans les ateliers multimarques : le réinvestissement des ménages dans le budget entretien auto, la politique tarifaire plus attractive que celle des enseignes de constructeurs (qui perdent de la clientèle), l’entrée en vigueur de la loi Hamon sur le libre choix du réparateur en cas de sinistre ou encore l’émergence du marché de la pièce d’occasion... 

Baisse des défaillances d’entreprise en 2017


Autre signe encourageant, le nombre de défaillances d’entreprises (549) recensé sur le premier trimestre 2017 par le cabinet Altares, dans le secteur du commerce et de la réparation de véhicules, a reculé de 4,4 % par rapport à la même période de l’an passé.

Dans le détail des procédures, ces défaillances ont principalement abouti à des liquidations judiciaires (407), 135 ont donné lieu à des redressements judiciaires et 7 ont porté sur des sauvegardes. Sur les trois premiers mois, 15 667 défaillances d’entreprises ont été recensées en France (tout secteur confondu), soit le niveau le plus bas observé depuis 2008.