Renault est montré du doigt par Amnesty pour son approvisionnement en cobalt, utilisé dans les batteries pour véhicules électriques.

Même si le constructeur ne fabrique pas lui-même les batteries qui équipent ses modèles électriques, il est tenu pour responsable de ce qui se passe très amont dans la filière, à savoir, lors de l'extraction du cobalt.

La République du Congo fournit la moitié du cobalt mondial


L'ONG, Amnesty a évalué le respect des droits de l'homme par une trentaine de multinationales qui s'approvisionnent en cobalt en République démocratique du Congo.
Son constat est édifiant.

"Les géants industriels ne font pas le nécessaire face aux allégations de travail des enfants dans les chaînes d'approvisionnement en colbalt pour les batteries", déplore l'ONG en résumé de son enquête sur la filière en RDC, pays africain qui fournit 50% de la demande mondiale.


Le secteur automobile est sévèrement épinglé dans un chapitre intitulé "La face sombre de la technologie verte", alors que la demande mondiale de cobalt explose.

"Les constructeurs de véhicules électriques sont à la traîne par rapport à d'autres secteurs en ce qui concerne les pratiques liées à leurs batteries. Renault et Daimler présentent des résultats particulièrement mauvais", soutient Amnesty, qui dénonce "des zones d'ombre" dans leur chaîne d'approvisionnement.

 

Amnesty écrit à Carlos Ghosn


L'ONG a d'ailleurs exigé que Renault "assume son devoir de vigilance en République démocratique du Congo", dans une lettre ouverte au PDG du constructeur français, Carlos Ghosn.

"C’est pourquoi nous souhaitons vivement recevoir de votre part les informations demandées", ajoute la lettre signée par la présidente d'Amnesty France.

Quelque 20% du cobalt congolais sont extraits à la main dans des mines artisanales par des "creuseurs".

"Amnesty international a rassemblé des informations montrant que des enfants et des adultes extraient le cobalt dans des tunnels étroits creusés manuellement et sont exposés au risque d'accidents mortels et de graves affections pulmonaires".