Citroën ne peut que rebondir. C'est en substance le propos d'Amaury de Bourmont, le directeur commercial de Citroën et DS pour la France, qui nous a fait part de sa vision pour ses deux marques.

« Nous avons stabilisé notre part de marché en 2017 (ndlr : à 10,6% en VP + VU). Sur le VU, nous avons accéléré sur la deuxième partie de l’année (la marque progresse de 10,5% sur un marché VU à +7%) et sur le VP, nous avons augmenté nos volumes (+5%), insuffisamment toutefois. Mais nous avons engrangé 20 000 commandes de C3 AirCross. Nous avons ainsi 3 à 4 mois de livraison qui seront effectuées dans le courant du premier semestre de 2018 grâce à l’augmentation progressive de la production. »


Le directeur commercial se dit d’autant plus satisfait que 3 C3 Aircross sur 4 commandés sont en niveau de finition élevé.

Les concessionnaires sont contraints de faire du VD pour atteindre leurs objectifs



En 2018, Citroën entend privilégier les ventes aux particuliers (50% du volume en 2017). En 2017, la marque avait vu ses immatriculations sur parc (véhicules de démonstration) bondir de 26,5% et la pénétration de la marque sur ce canal atteignait 16,3% (pour une pénétration tous canaux de 9,5%). Certes, il fallait bien faire essayer les nouveautés mais cette explication paraît un peu courte.

Amaury de Bourmont reconnaît que « le réseau est parfois obligé d’immatriculer des VD pour atteindre ses objectifs qui sont devenus plus contraignants aujourd’hui. En la matière, on a un peu rattrapé le retard que nous avions sur d’autres constructeurs. Mais il nous faut stabiliser les VD, nous allons désormais davantage nous focaliser sur les ventes aux particuliers ».


Et de se féliciter que « 70% à 75% des commandes sont le fait de particuliers ».

Le C4 Cactus Phase II devrait mieux se vendre que le Phase I


Grâce à ce portefeuille, 2018 commencera plutôt bien comme on devrait le constater dans les chiffres d'immatriculation au cours des prochains mois.

Cette dynamique devrait se poursuivre car la gamme va s’enrichir du C4 Cactus restylé dès mars. Amaury de Bourmont espère qu’il fera sensiblement mieux que celui de la phase I, commercialisé depuis juin 2014. Il compte sur son repositionnement : C4 Cactus perd son look de crossover pour devenir une berline compacte typée offroad qui remplacera aussi la C4.

La bascule de la production de la phase I à la phase II du modèle se fera dans les jours prochains dans l’usine PSA de Madrid. Avant le lancement en mars, le réseau devrait néanmoins disposer d'un stock d’un mois et demi de voitures.

Puis 2018 verra le lancement du Berlingo III à la fin du printemps et du C5 Aircross à la rentrée.

Fort de ces nouveautés, Amaury de Bourmont compte bien faire un peu plus de 11% de part marché (VP + VU) en 2018.


Citroën et DS atteindront-ils un jour les 14% de pénétration que Citroën seul dépassait en 2010?



En 2017, Citroën et DS ont totalisé 10,55% de pénétration sur le marché VP. En 2010, Citroën tout seul dépassait largement les 14%. Les deux marques sœurs ont elles vocation à retrouver, ensemble, un jour plus ou moins lointain ce niveau ?

Sur ce point, Amaury de Bourmont se montre prudent.

« Il est difficile de faire un tel agrégat aujourd’hui. Ce qui compte, c’est d’abord de construire la marque DS. Nous allons commencer à le faire avec l’arrivée de la DS7 Crossback au printemps, puis de la DS3 Crossback à la rentrée et d’autres nouveautés en 2019. Dans le même temps, nous allons construire le réseau qui ouvrira 100 nouveaux points de vente DS d’ici à la fin de juin, portant le maillage à 150, 160 sites. Nous recrutons des forces de terrain, des forces de vente. C’est cela notre priorité. »