Les règles et modalités d'homologation vont évoluer prochainement. Selon des indiscrétions recueillies par l'agence Reuters, les différents pays de l'Union européenne seraient parvenus à se mettre d'accord. Seule l'Allemagne aurait fait preuve de peu d'enthousiasme, toujours d'après Reuters : "Ils ne sont pas très chauds quant à la proposition qui donne de nouveaux pouvoirs à la Commission européenne" aurait commenté une source interne à l'Europe.

La seule autre information ayant filtré de cette réunion qui s'est tenue le 12 mai dernier est le fait qu'en cas de triche avérée, le constructeur en serait quitte pour une amende de 30000€ par véhicule frauduleux.

L'Allemagne, la Grande Bretagne et cinq autres nations sont actuellement dans le collimateur des instances européennes pour avoir plus ou moins couverts les agissements frauduleux de Volkswagen.