La mesure des oxydes d'azote (NOx) ayant été repoussée aux calendes grecques, l'administration concentre son attention sur ce qu'elle sait faire : le contrôle de l'opacité des fumées des moteurs diesels. Au 1er janvier 2019, il s'agira pour les moteurs de respecter  les émissions prévues par la norme NFR10-025 : 2016.
Concrètement, cela signifie respecter des valeurs d'opacité bien plus contraignantes qu'en l'état actuel. De 1% de véhicules envoyés en contre-visite aujourd'hui pour cause de fumées trop généreuses, le taux pourrait à grimper à 15% environ selon plusieurs sources.

Au 1er janvier 2019, le contrôle de la pollution des véhicules à essence donnera aussi lieu à quelques nouveautés. L'administration va demander aux contrôleurs de collecter "les niveaux individuels d’émission de monoxyde de carbone, de dioxyde de carbone, d’oxygène et d’hydrocarbures imbrûlés, en vue de déterminer à terme une traduction de l’état thermodynamique du moteur"

Un défaut mineur, lié à une anomalie relevée par  l'OBD "sans dysfonctionnement important" sera aussi introduit dans la nomenclature des défauts au 1er janvier prochain.