Parfois, certains projets méritent de s’y intéresser d’un peu plus près, que ce soit de la part des bénéficiaires comme des investisseurs. En 2016, la start-up de Jonathan Habersztrau, Controletechniquegratuit.com, a décidé de faire sa petite révolution en permettant aux utilisateurs de monétiser leurs données et de bénéficier en retour de la gratuité sur le fameux contrôle technique de leur véhicule. Nous en parlions dès sa création (à lire Success Fee) et avons suivi son évolution (à lire Le contrôle technique gratuit, c'est possible).

Et après un premier tour de financement en 2017 avec pas moins de 750 000 euros reçus, Controletechniquegratuit.com vient de boucler une deuxième levée de fonds de 2,6 millions d’euros auprès de deux fonds d’investissement comme Sofimac Partners et 5M Ventures, accompagnés par d’autres investisseurs comme Arthur Media Group, le fonds Pole Capital ou encore Philippe Fraysse (investisseur dans Stuart).
Jonathan Habersztrau, fondateur, ne cache pas que « le contexte actuel a joué pour beaucoup » en sa faveur, du fait de l’arrivée imminente d’une nouvelle réglementation concernant le contrôle technique. Le but de cette augmentation de capital lui permettra de se développer, de procéder à de la publicité massive et donc d’être visibilité pour atteindre ses objectifs.

« Depuis la création, nous avons passé notre temps a validé le concept. Désormais, nous allons pouvoir nous consacrer à notre croissance et viser 0,5% part de marché à court terme, avec 7 000 contrôles techniques par mois. Déjà nous serons satisfaits mais évidemment nous souhaitons aller beaucoup plus loin », souligne-t-il.

La start-up a atteint 44 000 inscrits avec une poussée d’inscription de 1 400 personnes sur les sept derniers jours. Les objectifs dépassent toutes ses espérances. Rappelons que pour bénéficier d’une prestation gratuite, controletechniquegratuit.com exploite les données des inscrits pour les revendre à l’ensemble des entreprises qui interviennent dans l’automobile comme les concessionnaires, constructeurs ou réseaux d’entretien par exemple. Plus de 100 000 documents ont été collectés et plus de 5 500 clients ont pu faire des économies. Plus vous renseigner d’informations, moins vous payez !