Les stations qui distribuent du Gaz de pétrole liquéfié (GPL) devraient vraisemblablement revoir des clients se presser autour des pompes. Dacia a en effet annoncé le 4 juillet que toute sa gamme était désormais disponible avec des moteurs bicarburation GPL / essence : Logan, Sandero, Lodgy, Dokker et Duster : "Le durcissement des règles de malus et les restrictions dans les grandes villes font du GPL une offre adaptée, notamment sur le marché français" indique Dacia dans un communiqué.

Le surcoût pour obtenir un véhicule bicarburation est systématiquement de 700€ chez Dacia par rapport au même modèle 100% essence. Une dépense qui devrait vite s'amortir pour plusieurs raisons : le prix du litre de GPL est actuellement de 0,72€, contre 1,34€ pour le SP 95. D'autre part, les véhicules "première monte" en GPL peuvent bénéficier d'un malus réduit par rapport à la version essence.
Explication : un véhicule bicarburation a deux mesures de CO2 officielles : l'une en 100% essence, l'autre en 100% GPL. Or, la plus avantageuse est toujours celle effectuée en consommant du gaz, et c'est justement celle-ci que l'administration française retient pour fonder les émissions de CO2 du véhicule. Ainsi, alors que le Duster Sce 115 était jusqu'à présent affublé d'un malus de 860€ (145 g émis), il passe à 130 g et 73€ de malus pour une version bicarburation GPL. Etc, etc.

Dernier avantage propre au GPL, l'exonération partielle voire totale du coût de la carte grise, à vérifier cependant en fonction des départements de résidence de chacun.

Dacia n'est pas le seul à proposer des véhicules à gaz neufs. Fiat (Tipo, Panda, 500L) et Opel (Karl, Corsa, Mokka, Crossland) en possèdent aussi dans leur catalogue, mais les chiffres de diffusion demeurent très confidentiels.

Une confidentialité dont espère sortir désormais le Comité français du butane et du propane (CFBP), l'organisme qui veille entre autres à la destinée des carburants gazeux en France : "Le retour de Dacia est une excellente nouvelle" note Joël Pedessac, le président du CFBP, "leur TCO est inférieur à celui des modèles diesels". Selon le CFBP, environ 1700 stations-service sont en mesure de délivrer du GPL aujourd'hui.

La dernière "heure de gloire" du GPL sur le marché français remonte à 2010, lorsqu'un bonus de 2000€ était accordé aux modèles qui émettaient moins de 135 g de CO2 ; 75401 immatriculations de véhicules à gaz avaient été réalisées alors. Et 324 en 2016.