Jusqu’à présent épargnée par les enquêtes sur le dieselgate, Porsche est maintenant sur le sellette.

En effet, le patron de Porsche, Oliver Blume, a "informé les salariés du placement en détention provisoire par le parquet de Stuttgart d'un dirigeant".

Selon les journaux allemands Bild et Automobilwoche, il s'agit de Jörg Kerner, ex-responsable des moteurs de Porsche, arrivé en 2011 de chez Audi, autre marque du groupe.

Risque de fuite


Le parquet de Stuttgart a confirmé l'arrestation d'un suspect pour "risque de fuite et de dissimulations de preuve", juste après les perquisitions visant deux responsables et un ex-cadre de Porsche.

"Porsche ne développe ni ne produit de moteurs diesel ou de logiciels associés", s'est défendu  le patron de la marque de luxe dans son courrier aux salariés.

Des truquage inadmissibles selon Oliver Blume


Oliver Blume y qualifie les logiciels truqueurs "d'inadmissibles" et assure que Porsche n'était pas au courant.

Plus de 160 policiers et une trentaine de magistrats ont été mobilisés pour une vaste opération de perquisitions dans dix endroits en Bavière et dans le Bade-Wurtemberg, visant "un membre du directoire et un haut responsable de Porsche", ainsi qu'un ancien cadre du groupe passé chez Audi.

Il s'agit des premières perquisitions visant Porsche dans ce dossier qui éclabousse l'ensemble du groupe Volkswagen, propriétaire de la marque, depuis fin 2015.