Le discours a changé chez les marques automobiles. Non les immatriculations tactiques ne sont plus à cacher ou presque et oui elles correspondent à une nouvelle réalité du marché. Le mois de mars ne vient pas démentir cette nouvelle philosophie. Pour preuve, le canal des véhicules de démonstration est en forte hausse (26% selon les données Dataneo). Ce canal pèse sur le seul mois de mars 16,7 % des immatriculations totales. Sur le trimestre 2017, la part descend à 15,5 % du marché global mais le volume augmente également de 23 % par rapport au premier trimestre 2016.

Beaucoup de bonnes raisons viennent expliquer cette part importante des véhicules démonstration : lancements de nouveaux modèles qui doivent être exposés dans les show-rooms des concessionnaires, renouvellement des parcs essais des clients, qui notamment chez Peugeot intervient tous les 3 mois, animations commerciales trimestrielles qui incitent fortement les distributeurs à immatriculer la dernière semaine de chaque trimestre. Les motifs ne manquent pas.
De l'aveu des directeurs commerciaux des marques françaises, « tant que le marché du véhicule d'occasion récent, ne faiblit pas la hausse de ce canal ne pose pas de problème. » Justement le marché reste porteur, comme le montrent les derniers chiffres de mars : les ventes du segment des véhicules de moins de 1 an ont progressé de 16,8 % quand le marché VO global augmente de 4,5 %.

Pour Philippe Buros, directeur du commerce France de Renault, la maîtrise des véhicules de démonstration est l'un des enjeux de l'année 2017 : « Nous cherchons à conforter notre part de marché  sur le même niveau que l'année dernière mais de façon saine et avec une meilleure maîtrise des véhicules de démonstration. »

La location de courte durée s'affiche en forte hausse sur le mois (+13,4 %) et de 16,2 % sur le trimestre. Une évolution qui s'explique également par une hausse du marché de la location et par une certaine anticipation des mises à la route.

« Nous avons pu assister à un effet d'anticipation des livraisons sur le début de l'année. C'était une demande de la part des loueurs », affirme Guillaume Couzy, directeur du commerce Peugeot.

Les deux canaux cumulés pèsent quand même un tiers du marché VP sur ce mois de mars. Ce qui permet au marché global d'afficher cette hausse de 7 % en données brutes et 2,4 % en nombre de jours ouvrables comparables.

Faiblesse des ventes aux particuliers

Avec 47,1 % des immatriculations à destination des clients particuliers (47,8 % si l'on intègre les transits temporaires), le canal est tout juste frémissant. Pourtant, la hausse reste visible +1,7 % sur le mois (+1 % sur le trimestre). Les opérations portes ouvertes du mois de mars se sont pourtant bien déroulées.

« Les journées portes ouvertes ont été très bonnes dans le réseau Peugeot. Nous n'avions pas ressenti un tel trafic en concession depuis longtemps », précise Guillaume Couzy. Mêmes échos chez Citroën : « Nous avons enregistré une hausse des commandes de 30 % durant ce week-end de portes ouvertes », précise Amaury de Bourmont, directeur du commerce France de Citroën.
De son côté, pour Philippe Buros : « Clio et Sandero affichent les meilleures commandes de 2010 ».

Pourtant toutes les marques ne sont pas logées à la même enseigne sur ce canal des particuliers. Renault baisse de 9 % (en mars et de -1,8 % sur le trimestre) pendant que Peugeot, toujours porté par le souffle du 3008, accroît ses volumes de 10,4%. Volkswagen s'y affiche en forte baisse  (-22,6 %) avec 46,6% de ses cartes adressées sur ce canal tout comme Ford (-8,7 %) avec 41,2 % sur ce canal.
Dans le groupe Renault, Dacia garde la première place des marques vendues aux particuliers (83 % de ses cartes grises, en hausse de 16,4 %).