Depuis plus de vingt ans, le Salon international de l’après-vente automobile et des services pour la mobilité avait pris ses quartiers à Villepinte (93), une association ancrée, historique, mais ponctuée de hauts et de bas. Trop loin, surdimensionné, pas assez mélangé : au fil des éditions, les remarques se faisaient de plus en plus insistantes. Les organisateurs ont entendu les doléances des exposants et des visiteurs et ont entamé les démarches pour rapatrier l’événement bisannuel à la porte de Versailles.

« Beaucoup d’obstacles »


Un pari qui n’était pas gagné d’avance, selon Jacques Mauge, président de la Fiev*, qui a pris les rênes d’Equip Auto après l’édition 2015.

« Il y a deux ans, quand j’ai fait le tour des stands, le message des exposants était constant : “Ramenez-nous à la porte de Versailles !” La conclusion était simple : le salon n’était plus au bon endroit. Franchement, je n’imaginais pas réussir ce retour dès 2017, car nous étions confrontés à beaucoup d’obstacles, notamment sur le calendrier, à des contrats déjà signés avec des exposants. Nous avons donc décidé d’exploiter rapidement cet événement inouï pour remobiliser la tête de filière. »


Jacques Mauge, président de la Fiev et du salon Equip Auto
Selon les organisateurs, le déménagement n’a pas généré de surcoût pour les exposants. « Il est logique, pour des raisons principalement budgétaires, que certains louent moins de mètres carrés d’une édition à l’autre, soulève le président. Par conséquent, si nous voulons maintenir le niveau du salon, il est de notre devoir de trouver la formule la plus attractive pour attirer plus d’exposants. L’enjeu est le même pour tous les salons : coller au plus près au besoin du marché et faire en sorte que les exposants se polarisent davantage sur la notion de retour sur investissement que sur le coût. »

Le retour des grands et des gros


Fort de ce premier succès, Jacques Mauge avait toutes les cartes en main pour atteindre son deuxième objectif : faire revenir les grands équipementiers, les gros distributeurs et les constructeurs. « Equip Auto a toujours su conserver le socle de la filière, à savoir les réparateurs, les garages, pour les exposants comme pour les visiteurs, explique-t-il. Mais, au fil des années, nous avons vu la tête de filière se déliter, principalement à partir de la crise, et ce pour différentes raisons parfaitement compréhensibles.  Sans ces grands acteurs, Equip Auto perd de sa force, de son énergie. » PSA, Bosch, Valeo, Delphi, PPG et Alliance Automotive Group font ainsi partie des grands revenants de cette 24e édition. Ce dernier acteur devrait alimenter les conversations dans les allées, suite à l’annonce de son rachat par le groupe américain Genuine Parts Company.

Trois pavillons


Le retour à la porte de Versailles s’est toutefois révélé insuffisant pour séduire Renault. « PSA vient avec un espace cohérent par rapport à sa nouvelle stratégie multimarque en après-vente, alors que Renault souhaite d’abord observer l’évolution du marché. Mais le constructeur nous a laissé entendre qu’il sera présent dans deux ans », indique Jacques Mauge. Aux revenants cités s’ajoutent de nouveaux exposants, comme Nexus International, Alternative Autoparts, Rapid Pare-brise…

« En tant qu’organisation internationale au cœur de cette industrie, il était du devoir de Nexus Automotive d’être présent à cette édition, afin de remettre le salon au cœur de l’aftermarket mondial. Pour renforcer sa crédibilité, Equip Auto doit sortir de sa dimension franco-française », explique Gaël Escribe, directeur de Nexus Automotive.


Au total, près de 1 500 exposants dévoileront leurs nouveaux produits et solutions à Equip Auto, dont plus de 60 % d’internationaux. Pour se démarquer des précédentes, l’édition 2017 proposera une nouvelle sectorisation, « destinée à décloisonner les activités et maximiser le flux des visiteurs sur les stands ». Le pavillon 1 fera la part belle à la carrosserie et à la peinture, aux réseaux et services, aux VO, au lavage, aux aires de service, aux lubrifiants, aux produits d’entretien et au dépannage. Le pavillon 2.2 concernera le pneumatique, les jantes, les accessoires. Le pavillon 3 regroupera les professionnels de la préparation, de la maintenance, de l’outillage et du diagnostic. À noter que les exposants des secteurs pièces, équipements et composants seront répartis sur les trois pavillons.

« Le changement de lieu ne suffit pas, il a fallu aussi apporter du contenu à cette édition, à travers les innovations et les évolutions technologiques », souligne Jacques Mauge.


Quatre thèmes clés, déterminés à la suite d’enquêtes auprès de professionnels, rythmeront les cinq jours de l’événement : entretenir de manière rentable le parc existant ; favoriser l’adaptation des réparateurs dans un marché transformé par les technologies digitales et les évolutions technologiques dans les véhicules ; préparer les réparateurs à l’arrivée des véhicules connectés et autonomes ; encourager la diversification des réparateurs.

(*) Fédération des industries des équipements pour véhicules.

-Vous retrouverez tous les jours de la semaine dans la newsletter de L’argus Pro un compte rendu des principaux temps forts qui rythmeront Equip Auto 2017