Mis à part une chute en avril dernier, les ventes de voitures neuves en Europe ont progressé chacun des mois de ce premier semestre de 2017. Au final, après une petite hausse de 2,1% en juin, le marché européen (Union européenne, Suisse, Norvège et Islande) des voitures neuves affiche une progression de 4,6% sur cette première moitié de l’année.

Il totalise ainsi 8,46 millions de voitures neuves, soit 369 000 unités de plus en un an. Hormis le Royaume-Uni où les immatriculations se tassent de 1,3%, tous les grands pays affiche des ventes en croissance : l’Italie (+8,9%), l’Espagne (+7,1%), l’Allemagne (+3,1%) et la France (+3%).

Le spectre du Brexit


Le fléchissement du Royaume-Uni n’est pas une surprise. Il intervient sur un marché à très haut niveau après cinq années de croissance consécutives. Au premier semestre de 2017, la demande s’est stabilisée après un premier trimestre record lié à l’annonce d’une taxe écologique applicable à partir du 1er avril.

"Dans ce contexte, les ventes ont forcément baissé mais le marché reste toutefois solide", selon le syndicat de l’automobile SMMT. Mais plane l’ombre du Brexit, qui n’a pas à ce jour vraiment fait sentir ses effets sur les ventes d’automobiles. Le monde de l’automobile britannique demande à Londres de négocier un accord avec Bruxelles afin d’éviter de tomber dans le cadre de l’application des règles générales de l’OMC qui prévoit des droits de douane de 4,5% sur les pièces détachées automobiles et de 10% sur les véhicules finis.

L'Allemagne à un haut niveau


En Allemagne, après une mauvais mois de juin qui a vu les immatriculations fléchir de 3,5%, le marché a achevé le trimestre à +3,1% à presque 1,8 million d’unités. La fédération de l’automobile allemande (VDA) table sur des ventes à un haut niveau sur l’ensemble de 2017 à environ 3,35 millions d’unités. Sur le plus long terme, le syndicat redoute toutefois l’éviction de certaines villes allemandes des voitures diesel. 

En France, les ventes progressent de 3% au cours du semestre, ce qui a amené, les constructeurs français (CCFA) à revoir à la hausse leur prévision initiale, il table désormais sur un marché à +3%, voire + 4 %, ce qui le placerait bien au-dessus des 2,015 millions d’unités atteints en 2016.

En Espagne, la croissance est toujours là, mais on est maintenant loin des envolées à deux chiffres de ces deux dernières années. Faute d’un plan de prime à la casse, le marché des particuliers reste stagnant. L’association automobile espagnole, l’Anfac vise 1,2 million d’unités en 2017 contre 1,15 million en 2016.

Les constructeurs gagnants


Au cours de ce premier semestre 2017, les grands constructeurs gagnants sont les groupes Toyota (+15%) qui installe la marque éponyme au-dessus des 4% de part de marché, FCA (+10,5%) tiré par Fiat et Alfa Romeo, et Renault (+7%) qui profite de la croissance de la marque au losange et du bond de Dacia.