C’est le plus haut score réalisé en mars ! L’ACEA (association des constructeurs européens d’automobiles) se réjouit de la performance du marché européen le mois dernier :+ 10,9% à 1,936 million d’unités.

« Ce niveau de croissance est principalement dû au fait que Pâques était tombé en mars l’année dernière et en avril cette année », explique le lobby des constructeurs.

Tous les grands pays du continent ont contribué à cette hausse spectaculaire. Les plus dynamiques ont été l’Italie (+18,2%), l’Espagne (+10,6%) et l’Allemagne (+11,4%) avec des bonds à deux chiffres.

Le Royaume-Uni, premier marché européen en mars


La France affiche une avancée de seulement 7% à 226 000 unités, en dessous de la tendance générale.

Il en est de même du Royaume-Uni qui affiche une hausse de 8,4% et réalise néanmoins un volume deux fois plus important que celui de la France : 562 000 unités, qui en fait en mars le premier marché européen, devant l’Allemagne. Au cumul du trimestre, l'Allemagne garde la tête.

Nombre de petits pays apportent leur contribution à la croissance générale de mars. Les envolées les plus spectaculaires sont observées en Grèce (+49,5%) Bulgarie (+34,8%), en Croatie (+31,5%).

Seuls cinq pays déplorent des reculs : la Finlande (-3,9%), l’Irlande (-7,6%), la Lettonie (-6,8%), le Portugal (-1,8%) et la Norvège (-3,4%).

Au cumul du premier trimestre, le marché européen progresse de 8,2% et franchit la barre des 4 millions d’unités, à 4,256 unités. Tous les pays sont dans le bleu, sauf l’Irlande en retrait de 8,3%.

Volkswagen ne suit pas le rythme


La majeure partie des groupes et marques affiche des bonds à deux chiffres avec toutefois de notables exceptions.

Le groupe Volkswagen ne progresse que de +6,2%, ce qui lui fait perdre un point et tomber à 21,4% de part de marché. Sa marque éponyme le tire vers le bas, avec une avancée de seulement 3,5% qui la fait passer en dessous des dix points de pénétration.

En mars, la belle remontée de Seat (+16,7%) et l’allant de Porsche (+22,4%) ne sont pas suffisants pour permettre au groupe de garder ses positions, ni sur ce mois, ni sur l’ensemble du premier trimestre.

PSA reste à la peine le mois dernier (+6,7%) avec Citroën, qui tire enfin son épingle du jeu en maintenant ses positions (+11,2%) alors que Peugeot connaît un passage à vide relatif (+7,6%).

Renault en conquête


Le groupe Renault est toujours en conquête (+14,4% en mars et + 11,1% sur le trimestre) tiré par la marque au losange (+16,2% et +11,4%) alors que Dacia reste figé.

FCA conserve son allant initié il y a plus d'un an (+18,2% en mars et +14,6% sur le trimestre) grâce à Fiat qui s’installe au- dessus des 5% de part de marché et à Alfa Romeo qui se redresse.

En mars, Toyota réalise un bond spectaculaire (+20%) tout comme son compatriote Nissan (+17,7%). Les deux constructeurs se battent pour la place de premier japonais dans l’Hexagone, Nissan ayant l'avantage en mars,  Toyota sur le trimestre.

Dans le haut de gamme, l’avancée de Mercedes en mars (+14,7%) contraste avec les scores moins flatteurs de BMW (+7,6%) et d’Audi (+3,8%). On constate les même écarts de dynamique entre ces trois marques allemandes sur le trimestre.