Les immatriculations de véhicules neufs durant les deux premiers mois de l'année et les tendances qui en découlent ne sont pas de nature à ravir les têtes pensantes de la fiscalité française. Ainsi, les émissions de CO2, tout d'abord : 111g de CO2 / km en moyenne par VN vendu en février, un taux en hausse de 1g par rapport au mois précédent et de 1,3 g eu égard au mois de février 2017. Des émissions moyennes en hausse, alors même que la fiscalité automobile (TVS, bonus-malus, etc) n'est là que pour influer à l'inverse sur ce phénomène !

Le tour de vis orchestré par la loi de finances 2018 n'a pourtant pas été vain : 27% des véhicules neufs vendus ont relevé du malus au mois de février dernier, 25,2% des ventes au cumul des deux mois écoulés : "La part des voitures affectées d’un malus connait une forte progression (+ 3,7 points) en lien avec l'abaissement du seuil de déclenchement du malus au 1er janvier 2018 (120 g/km contre 127 g/km en 2017)" explique le service des statistiques du ministère de l'Environnement. A titre de comparaison, 16% des véhicules avaient été redevables d'un malus en février 2017.
La hausse de la part des voitures dites "malussées" était évidemment attendue, suite à l'abaissement du seuil de déclenchement, mais sans doute pas à ce point. Le gouvernement avait émis une prévision de 21% du parc de VN relevant d'un malus en 2018. Il conviendra tout de même d'attendre la fin du semestre afin d'avoir une idée précise sur le sujet.

Avec 25,2% des ventes de véhicules particuliers neufs surtaxées, (82 163 autos), l'Etat a empoché 64 414 673 € de malus, en théorie. Un gain confortable en deux mois seulement, sachant que les deux premiers mois de 2017 avaient rapporté 50 M€ d'environ.

Si la machine à taxer a bien fonctionné au cours des deux premiers mois, difficile d'en dire autant en revanche de celle à récompenser. Les ventes de véhicules électriques (les seules qui bénéficient d'un bonus en 2018) ont plongé de 26,1% depuis le début de l'année tandis que curieusement, les hybrides, qui n'ont plus droit à aucune gratification, ont vu leurs immatriculations progresser de 19,7% sur la même période.