General Motors se porte mieux que pourrait le laisser croire son résultat net de 2017. En effet le géant de Detroit a affiché une perte nette de 3,86 milliards de dollars, contre un profit de 8,6 milliards lors de l'exercice précédent.

En fait, ce déficit est essentiellement dû à une comptabilisation différée de crédits d'impôts, conséquence de la réforme fiscale.

Le chiffre qui reflète son activité réelle, son résultat d'exploitation annuel, atteint 12,8 milliards de dollars, soit un nouveau record après 2016.

Plombé par une baisse des volumes de ventes de voitures, le chiffre d'affaires a cependant diminué de 2,4% à 145,6 milliards de dollars.

Le jackpot des grosses voitures


Pour 2018, GM table sur des résultats "largement conformes" à 2017, grâce principalement aux ventes des grosses voitures (pick-up, SUV ou 4X4 urbains et crossovers) qui devraient compenser la baisse anticipée des ventes de véhicules classiques.

Les pick-up massifs aux fortes marges bénéficiaires ont constitué près d'un tiers des 3 millions de véhicules vendus aux Etats-Unis en 2017 par GM.

Cette part devrait encore augmenter cette année à la suite du lancement prévu d'une nouvelle version de la Chevrolet Silverado, deuxième modèle le plus vendu sur le marché américain.