Voilà un coup de plus porté au diesel. Après Porsche, Toyota ou Volvo, Fiat Chrysler se prépare à abandonner les motorisations gazole pour voitures particulières.

Pour nombre de constructeur, ce marché perd de son intérêt à cause de la chute de la demande et de la croissance des coûts liés à l’anti-pollution.

L’arrêt de la production de ses motorisations diesel par Fiat-Chrysler devrait intervenir avant 2022. Cette information, publiée par le Financial Times, sera officialisée lors de la présentation par FCA de son futur plan stratégique 2018-2022, le 1er juin 2018.

Le diesel n'a pas d'intérêt pour les petits véhicules


La décision n’a pas été trop difficile à prendre au sein de FCA. En effet, le diesel équipe surtout les gros véhicules, beaucoup moins les compactes et citadines dont Fiat Chrysler s'est fait une spécialité en Europe.

En prenant cette décision, FCA se laisse porter par l’air du temps.

Depuis le 1er janvier 2018, Toyota ne vend plus de diesel en Italie, ou presque. Le constructeur nippon a cessé la distribution des voitures de tourisme ainsi motorisées en retirant de son catalogue transalpin les Yaris, Auris et RAV4 diesel. Le constructeur japonais compte sur l'hybride pour maintenir ses volumes de ventes. L'Italie n'est sans doute qu'un premier pas pour le constructeur japonais qui s'est fait une réputation avec ses hybrides.

Le haut de gamme aussi concerné


Volvo, qui va encore plus loin, a déjà annoncé que plus aucun véhicule totalement essence ou diesel ne sortira de ses usines à partir de 2019. Seuls des Volvo à propulsion électrique ou, au moins, hybride seront produites.

Porsche qui s’était converti tardivement au gazole, vient de retirer les versions diesels de Macan et de Panamera de son catalogue.

FCA, qui possède les marques Jeep, Ram, Dodge, Chrysler, Maserati, Alfa Romeo et Fiat, devrait continuer en revanche à construire des véhicules utilitaires roulant au diesel.