"Great Wall ne nous a pas approché, mais nous sommes prêts à examiner toute proposition". C'est en substance ce que déclare Fiat Chrysler Automobiles (FCA) ce 25 août 2017. Le groupe dit avoir pour principe de passer en revue toute proposition relative à une éventuelle transaction stratégique.

Réagissant à une requête de la Consob, le régulateur boursier italien, le constructeur automobile italo-américain a dit : ”De temps à autre, FCA est susceptible de recevoir des demandes d’informations au sujet de transactions potentiellement stratégiques et, dans ce cas, le groupe passera en revue de telles demandes eu égard ses obligations vis-à-vis des actionnaires.
 

Le rêve de Sergio Marchionne


Depuis qu'il a redressé Fiat-Chrysler, Sergio Marchionne, le patron du groupe, rêve de trouver un grand partenaire investisseur, voire un repreneur. Sollicité General Motors n'a pas donnée suite.

Great Wall aurait pu être cet allié, voire ce repreneur. Mais Fiat Chrysler reconnaît ne pas avoir été approché par ce constructeur chinois et dit privilégier la mise en oeuvre de son actuel plan stratégique sur cinq ans.

Great Wall veut mettre la main sur Jeep ou Ram


De son côté, le groupe chinois a confirmé son intérêt pour Fiat Chrysler Automobiles mais a dit ne pas avoir pris contact avec le conseil d’administration de ce dernier et n’avoir signé aucun accord avec lui.

Premier constructeur chinois de SUV, Great Wall passe pour être intéressé avant tout par les marques Jeep et Ram de l’italo-américain.

Dopé par les informations autour de Great Wall, le titre FCA a atteint un record en séance de 12,92 euros, affichant une hausse de quelque 17% depuis le début de la semaine. Dans les premiers échanges à la Bourse de Milan le 25 août, la valeur progresse de plus de 1%.