Fiat France n'a pas raté l'occasion de célébrer le trentième anniversaire de la sortie de son modèle star, à la fin des années 80 : "Il y a 30 ans, la Fiat Tipo était un concept très innovant. Les ingénieurs Fiat ont dessiné une voiture performante, confortable et sûre, sans compromis, tout en mettant plus que jamais l'accent sur l'ergonomie (...) Ces caractéristiques ont été reprises par la nouvelle Fiat Tipo qui conserve l'esprit de sa devancière. Elle est un mélange de technologie, robustesse et facilité d'utilisation, ce qui lui a permis d'aller à la conquête du segment C avec son aspect pratique" s'enthousiasme la marque italienne dans un communiqué.

Coup d'oeil dans le rétroviseur. Fiat présente la Tipo en janvier 88, mais sa première année pleine sur le marché français est 1989. Cette année là, 32 050 Tipo sont distribuées dans l'Hexagone. La compacte est la 15e vente absolue de France, tandis que la marque Fiat parvient à vendre 134 470 véhicules particuliers neufs sur le territoire, pour une part de marché de 5,9%. Dès l'année suivante toutefois, les chiffres se tassent. La Tipo se vend toujours bien, avec 30 457 unités qui ont trouvé preneur. L'italienne s'octroie même 6,2% du marché des compactes. Mais Fiat voit sa part de marché s'éroder en 1990, pour se fixer à 5,5%.

Les années suivantes ne seront que dégringolade pour la Tipo et ses descendantes. En 1994, soit 6 ans après son lancement, la Fiat parvient péniblement à dépasser les 10 000 immatriculations (10 519). Elle représente 2,2% de son segment, tandis que Fiat réussit tout de même à maintenir sa part de marché à 5,4%. En 1996, la Tipo s'efface au profit du tandem Bravo-Brava.
Il faut attendre 1997 pour que le duo soit distribué sur une année pleine : 29 599 immatriculations cumulées, une part de marché de 7,7% au sein des compactes, Fiat semble reprendre du poil de la bête en France. Mais dès 2000, la marque replonge : les Bravo-Brava ne se vendent qu'à hauteur de 11 704 unités, pour une part de marché de 3,1% de leur segment. Fiat dans son ensemble souffre aussi, et voit sa pénétration tomber à 4,4% du marché français. L'année 2000 sera d'ailleurs la dernière où une berline
Fiat Stilo
compacte de chez Fiat dépasse les 10 000 exemplaires en France, jusqu'à 2017.

Relativement éphémère, le duo Fiat laisse place à la Stilo, qui apparait dans les ventes dès 2001. Ce modèle ne trouvera pas vraiment sa clientèle. En 2003, la Stilo se vend à hauteur de 9318 exemplaires, pour une part de marché de 2,5% au sein des compactes. Fiat est à la peine. La marque italienne ne représente plus que 2,7% du marché à cette époque. Mais si la carrière des Bravo-Brava a été rapide, celle de la Stilo est un éclair.

La Bravo 2, qui la remplace, figure dans les statistiques de vente de véhicules neufs dès 2007. Le ton est donné dès l'année suivante : 7219 Bravo vendues en 2008, une part de marché de 2,2% chez les compactes, quand Fiat regagne quelques points avec une pénétration annuelle de 3,5%. Les années suivantes sont encore plus difficiles. La dernière année pleine de la Bravo, c'est à dire en 2011, 1890 immatriculations sont à signaler pour une part de marché de 0,6% parmi les compactes. A nouveau, Fiat chute à 2,5% de parts en France. La Bravo disparait des concessions en 2012.

Jusqu'en 2016, Fiat abandonne le créneau des berlines compactes. Aucun produit n'est proposé par le constructeur sur le marché français. Il faut donc attendre 2016 et le lancement de la Tipo deuxième du nom pour voir une Fiat figurer dans le segment. Un retour présumé gagnant, pour l'instant : 10 552 Tipo vendues en 2017, une part de marché de 4,2% parmi les compactes et Fiat qui reprend quelques positions, avec 3,2% de pénétration en France pour 68 196 ventes de véhicules particuliers. Peu ou prou, Fiat a divisé par deux ses ventes et sa présence en France en l'espace de 30 ans.