On croyait la presse aftermarket BtoB atone, et voici qu’elle donne de la voix au grand dam des dirigeants de la Fiev, qui avaient envisagé de contracter un partenariat avec un éditeur de presse et organisateur de salons britannique, afin de monter des salons régionaux, dans une veine de « mini Equip Auto », dont ils auraient même porté la marque. Bien que la Fiev se défende d’avoir accordé à cet éditeur le droit d’utiliser la marque Equip Auto, celui-ci l’avait annoncé dans le cadre de sa commercialisation. Soutiens historiques du salon Equip Auto Paris, les éditeurs de presse et les groupements de distributeurs ont trouvé saumâtre la position de la Fiev et de sa commission aftermarket qu’ils jugent dangereuse pour la pérennité d’Equip Auto Paris et peu respectueuse de ses partenaires. Lors de l’introduction à la conférence de presse initiée pour l’occasion, Jacques Mauge a mis fin avec fermeté à cette polémique, en ces termes : « La Fiev ne sera pas partenaire de cette initiative et la marque Equip Auto n’y sera pas associée ».

Qu’on se le dise. Le président de la Fiev s’est, malgré tout, livré à un mea culpa éloquent, reconnaissant n’avoir pas mesuré les éventuels mécontentements et préjudices qu’un partenariat de cette nature pouvait engendrer. Pour Jacques Mauge, très impliqué dans le développement des salons régionaux en France, la proposition de l’organisateur anglais s’est invitée au bon moment : « Réfléchissant à la création de salons en régions, nous avons reçu, à point nommé, la proposition d’un organisateur avec intérêt. Ils sont arrivés avec un projet construit, séduisant et bien ficelé, qui faisait écho à nos préoccupations, même si nous avions relevé des points de désaccord, notamment le choix de la ville de Lyon et la prise en compte des intérêts des distributeurs ». La fin de l’accord ne rime pas avec renoncement au projet d’élaboration des salons régionaux, dont la mise en œuvre reste à l’ordre du jour.

Faire vivre Equip Auto les années paires


« Je recherche la complémentarité » a asséné Jacques Mauge, en commentant la nécessité de concevoir des salons en région : « Equip Auto doit exister les années paires, car on ne peut pas laisser passer 24 mois sans parler du salon, des exposants, des innovations etc. Plusieurs formules s’offraient à nous et nous en avons retenu quelques -unes qui sont complémentaires. C’est ainsi que nous participons activement au projet MondialTech, manifestation sur les nouvelles technologies et mobilités qui aura lieu, lors du Mondial de l’Automobile. Nous sommes partenaires du Mondial qui recherche aussi, des opportunités d’entretenir la visibilité de ce salon entre deux éditions. Parallèlement, nous avons opté pour l’organisation de salons de la distribution en région, non seulement pour faire vivre de manière permanente Equip Auto, mais aussi pour répondre aux aspirations des réparateurs de province, qui ne peuvent pas se déplacer à Paris et qui méritent autant que les autres d’avoir accès aux informations des équipementiers. Les professionnels d'Ile-de-France, du Nord et de l’Est se déplacent plus facilement que ceux du sud et de l’ouest. Nous devons répondre à leurs attentes légitimes ».

Du côté des adhérents de la Fiev et des équipementiers fournisseurs de la rechange, « il y aurait consensus », d’après Philippe Baudin, président de la commission aftermarket, sur la nécessité pour eux de rencontrer les clients de leurs clients distributeurs dans un salon « neutre », afin de leur apporter informations et formations directement. Philippe Baudin l’assure, ces nouveaux salons ne généreront pas, comme certains l’ont laissé entendre, de craintes des distributeurs de voir leurs clients en profiter pour changer de fournisseurs ou même de distributeurs. La fidélisation des réparateurs par leurs distributeurs étant assurée. Il n’en demeure pas moins que les centrales de distribution auront leur mot à dire dans cette nouvelle proposition, dans cette « approche complémentaire », même si, renchérit Jacques Mauge, « Nous ne sommes pas dans une logique de confrontation, de concurrence avec les distributeurs mais de complémentarité. Nous avons à résoudre les questions de localisation et de distribution avec soin avant de lancer un Equip Auto régional. Il n’est pas question, non plus de risquer de porter préjudice à Equip Auto Paris, pour lequel nous poursuivons nos efforts d’amélioration après la très belle édition de 2017 ». Plusieurs points clés entrent déjà dans le futur cahier des charges connaître le retour sur investissement, grâce à un modèle structuré le moins coûteux possible, favoriser le commerce local, poursuivre la dynamique d’Equip Auto, répondre aux exigences des réparateurs en régions et dépasser le « salon dédié au seul équipement de garage ».

Vers une officialisation en juin


En résumé, le salon Equip Auto en région aura bien lieu, sans doute cette année, aux couleurs d’Equip Auto, porté par la Fiev et sa commission aftermarket. Jacques Mauge entend pouvoir en faire l’annonce, en juin prochain lors d’une manifestation spéciale « Equip Auto Paris » –« à l’image de celle qui avait réuni les professionnels de l’automobile à la Garde Républicaine ». Comexposium, organisateur d’Equip Auto Paris paraît bien placé pour le concevoir. Retour aux sources…