Comme GM, Ford souffre de la mévente de ses  voitures compactes en Amérique du nord.
Il perd de l'argent sur la Fiesta, la Fusion et la Focus, dont les ventes sont en déclin depuis environ deux ans.

Ford ne va plus investir dans les voitures compactes en Amérique du nord (Etats-Unis, Canada et Mexique), en raison "du déclin de la demande et à cause de la rentabilité de ces produits".

Il perd aussi de l'argent sur la plupart des modèles Lincoln, son haut de gamme.

Ford n'exclut pas d'arrêter de produire certains modèles et envisage également de sortir de certains marchés jugés difficiles et non rentables.

Le constructeur entend désormais réduire ses coûts de 25,5 milliards de dollars d'ici 2022, c'est 11,5 milliards de plus comparé au plan d'économies, baptisé "Fitness", dévoilé il y a à peine six mois par le PDG Jim Hackett.

Une marge opérationnelle de 8% visée en 2020


La marque à l'ovale bleu va réorganiser sa gamme afin de coller aux goûts des consommateurs américains. Environ 90% de son portefeuille ne sera constitué que de pickups, de SUV, de crossovers et d'utilitaires d'ici à deux ans.


Seul le modèle sportif Ford Mustang et la nouvelle version de la Focus Active resteront commercialisés aux Etats-Unis hors les catégories de voitures plus grosses. Ford assure que ces mesures vont lui permettre d'atteindre son objectif d'une marge opérationnelle de 8% d'ici 2020, soit deux ans d'avance sur le calendrier initial.

Cette marge était de 5,2% au premier trimestre 2018 et de 6,4% à la même période il y a un an.

General Motors (GM) avait réalisé une marge de 10,7% en 2017.


Les coupes vont affecter les ingénieurs, les forces de ventes et marketing ainsi que les usines, a énuméré en vrac le groupe, sans davantage de détail.

Le Pickup F-150 conforte les bénéfices


Lors du premier trimestre, Ford a dégagé un bénéfice net de 1,74 milliard de dollars, en hausse de 9%, pour un chiffre d'affaires de 41,96 milliards de dollars, en progression de 7,2%, principalement grâce aux ventes du pickup F-150, le véhicule le plus vendu aux Etats-Unis. Seules l'Amérique du nord, sa vache à lait, et l'Europe ont dégagé un bénéfice.