La Chine sera peut-être un formidable terrain d'expérimentation. Le groupe Alibaba, que l'on présente souvent comme l'Amazon chinois, a signé un accord avec Ford Motor vue de préparer de nouvelles formes de distribution. 

Cette coopération se ferait dans des secteurs comme le “cloud” (informatique dématérialisée), l‘intelligence artificielle, la connectivité et la distribution.

Elle pourrait déboucher sur la vente ou la location de véhicules Ford (notamment connectés) sur la plate-forme Tmall numérique du géant chinois.

Identifier de nouvelles opportunités de distribution


Alibaba a indiqué qu‘Alimama, sa plate-forme de publicité en ligne, et AliOS, son système d‘exploitation, feraient parties des filiales travaillant avec Ford dans le cadre de cet accord d‘une durée de trois ans.

Ford envisage de signer un tel accord alors qu‘il réévalue sa stratégie en Chine pour stimuler sa croissance.

“L‘accord vise à explorer de nouveaux moyens de redéfinir la manière dont les consommateurs achètent et possèdent des véhicules, ainsi que sur la manière de tirer parti des canaux numériques afin d‘identifier de nouvelles opportunités de distribution”, a déclaré Alibaba.


Le groupe chinois de commerce électronique et le constructeur américain vont d‘abord lancer une étude pilote” pour de nouvelles opportunités dans la distribution.

Les véhicules intelligents dans la boucle


Le PDG de Ford, Jim Hackett, déclare lui que la collaboration avec les entreprises technologiques s‘appuie sur les intentions du constructeur en matière de “véhicules intelligents”.

Ford a enregistré des ventes moroses en Chine ces derniers mois, en raison du changement rapide des habitudes des consommateurs, qui privilégient des modèles d‘entrée de gamme dans les petites villes.

Alibaba de son côté a renforcé sa présence dans le secteur automobile avec Banma Technologies, une coentreprise formée avec SAIC Motor.