Le constructeur automobile a dégagé un bénéfice net de 1,05 milliard de dollars lors des trois premiers mois de l'année, contre 2,61 milliards à la même période en 2017. Cette chute s'explique essentiellement par la restructuration de son appareil industriel en Corée du sud. Pour cette opération, le constructeur a provisionné 942 millions de dollars.

Dans le cadre d'un vaste plan, il a décidé d'y fermer un site de production important d'ici la fin du mois de mai. Lors du trimestre, il y a réduit ses capacités de production et supprimé de nombreux emplois

GM a décidé de se concentrer sur les deux premiers marchés mondiaux de l'automobile que sont l'Amérique du nord (Etats-Unis, Canada et le Mexique) et la Chine.

La Chine sauve les meubles


Ce pari semble payant puisque le géant de Detroit a généré des revenus record au premier trimestre en Chine, ce qui a dopé son chiffre d'affaires total alors même que la production a ralenti aux Etats-Unis sur fond de transition dans les usines entre vieux et anciens modèles de pickups et de SUV.

Son chiffre d'affaires a reculé de 3,1% à 36,1 milliards de dollars. Le déclin a été limité par des ventes de 986.052 voitures, un record, en Chine. Par comparaison, GM n'a vendu que 715.794 véhicules aux Etats-Unis.

GM table toujours sur une marge opérationnelle à 10% pour 2018, contre 10,7% l'an dernier. Cette marge a chuté à 7,2% au premier trimestre.