« Nous sommes très intéressés par les moteurs diesels et ils sont également intéressés par nos technologies » a déclaré Dan Ackerson lors d'une conférence de presse qui s'est tenue dans le cadre du Salon de Pékin.

General Motors, numéro un mondial de l'automobile, occupe une position de leader en Asie et en Amérique du Nord où l'essence est reine alors que la part du gazole est plus importante en Europe.

Le patron de GM a aussi évoqué les difficultés que rencontre son groupe sur le marché européen : « Comme vous pouvez vous y attendre, nous sommes en discussion avec toutes nos unités en Europe » où une ou deux usines de la marque Opel (propriété de GM) pourraient fermer comme l'écrivait le Wall Street Journal, le mois dernier. Il a également souligné que PSA Peugeot Citroën était beaucoup plus exposé à la crise de la dette sur le Vieux continent  que General Motors.

« Tout le monde veut être mondialisé mais "ils" (PSA) doivent résoudre un problème... qui est plus douloureux si 85 à 86% de votre chiffre d'affaires est réalisé dans une région du monde qui connait des difficultés » a-t-il encore souligné. « Nous y prêtons attention parceque c'est la région où nous perdons de l'argent, c'est une alerte rouge en ce qui nous concerne ». 

Rappelons que les deux constructeurs ont annoncé une alliance visant à améliorer leur compétitivité en europe, fin février.