Ferrari, désormais indépendant du groupe Fiat-Chrysler, du moins dans ses comptes, poursuit sa croissance rentable. Le constructeur italien de voitures de luxe a enregistré un nouveau bond de 19,4% de son bénéfice net au premier trimestre de 2018 à 149 millions d'euros.

Son chiffre d'affaires a progressé de 1,3%, à 831 millions d'euros. La marque au cheval cabré a livré sur le trimestre 2.128 voitures (+6,2%).

Les livraisons ont progressé de 6,7% en Europe-Moyen-Orient-Afrique, qui reste le principal marché du groupe avec 1.103 sportives commercialisées. En nette hausse notamment: l'Italie, la France et la Royaume-Uni, qui ont connu une croissance à deux chiffres.

Les 9 000 ventes visées en 2018


La Chine, Hong-Kong et Taïwan ont bondi de 13,7%, le reste de l'Asie-Pacifique de 3,8%, tandis que les livraisons ont progressé de 4,4% en Amérique.

Au premier trimestre de 2018, la firme de Maranello a réalisé une marge bénéficiaire de 32,8% contre 29,5% précédemment. Son endettement industriel net a baissé à 413 millions d’euros fin mars, contre 473 millions trois mois plus tôt.

Le constructeur italien de voitures de sport a confirmé ses prévisions pour l’ensemble de l’année.

Pour l'ensemble de 2018, Ferrari table sur un chiffre d'affaires supérieur à 3,4 milliards d'euros, avec plus de 9.000 véhicules livrés.

Des nouveautés à venir


Le groupe annoncera son prochain plan stratégique dans la première moitié de septembre 2018. Il dévoilera à cette occasion de nouveaux modèles, dont des sportives hybrides.

Parmi les nouveautés à venir: une sorte de super SUV, un 4X4 urbain de luxe. Ce FUV (Ferrari Utility Vehicle), qui contiendra "l'ADN de Ferrari", devrait être lancé fin 2019-début 2020.