Depuis 2013, les immatriculations de véhicules commerciaux (VUL et VI) ne cessent de progresser dans l’Union Européenne (27 pays). Le marché, qui avait franchi la barre des 2 millions d’unités en 2015, a atteint les 2,4 millions l’an passé, affichant une croissance de 3,2 % par rapport à 2016. Toutefois, à fin octobre, la hausse s’élevait à +4 %. La fin d’année a été complexe, en particulier en décembre, où le marché a reculé de 3,5 %.

L’Espagne a confirmé son redressement spectaculaire, à la faveur d’une progression de 13,5 %. La France (+6,9 %) et l’Allemagne (+3,3 %), soit le 1er et 3e marché européen, ont également contribué aux bons résultats. Le marché italien s’est essoufflé (-2,3 %) et le Royaume-Uni a subi le contrecoup du Brexit (-4,4 %).

Presque 2 millions de VUL


Le segment des véhicules utilitaires légers (-3,5t) a cumulé 1 995 797 immatriculations en 2017, soit une hausse de 3,9 % par rapport à l’exercice 2016. Les croissances les plus significatives sont à mettre au crédit de l’Espagne (+15,5 %), la France (+7,1 %) et l’Allemagne (+4,9 %). A contrario, le Royaume-Uni et l’Italie ont accusé des replis, respectivement de 3,6 % et 3,4 %.

Le segment des camions de plus de 3,5t est resté stable par rapport à 2016, totalisant 367 102 unités. La France (+6,5 %) et l’Italie (+4,5 %) ont été les plus dynamiques sur ce segment.

Enfin, le marché des camions de 16 tonnes et plus a lui conclu l’exercice 2017 sur une hausse modeste de 0,5 %, à 297 171 unités. Le marché italien a enregistré la progression la plus notable (+8,4 %), suivie de la France (+6,9 %), la Pologne (+3,6 %) et l’Allemagne (+1,4 %).