Le modèle parisien pourrait faire tâche d'huile prochainement. Selon un rapport d'information coordonné par la sénatrice Nelly Tocqueville, "la métropole du Grand Paris étudie actuellement la possibilité de mettre en place au 1er janvier 2019 une Zone de circulation restreinte (ZCR) sur l'ensemble du périmètre délimité par l'autoroute A86, soit sur un ensemble de 80 communes. Des études préparatoires ont été lancées en ce sens et un comité de pilotage mis en place" est-il indiqué.

Cette éventuelle ZCR se calquerait vraisemblablement sur celle mise en place par la ville de Paris depuis le 1er juillet 2016. L'accès à Paris est à l'heure actuelle interdit aux véhicules diesels antérieurs à 2001 et aux voitures à essence dont la mise en service est antérieure à 1997 durant les jours de la semaine.

Pourquoi une telle volonté ? La santé des Parisiens au sens large est mise en avant. D'après un document de travail commun à l'Ademe et au ministère de l'Environnement publié fin 2016, "une simulation rudimentaire de mise en place d'une ZAPA (ndlr, l'ancêtre de la ZCR...) intra-A86 montre des diminutions de 12% des émissions de NOx et de 9% des émissions de particules sur cette zone." D'autre part, "la zone intra-A86 représente 6% de la superficie francilienne mais près de 31% des émissions régionales de NOx".

Outre l'adhésion des 80 communes concernées et de leurs citoyens, une autre question majeure se pose avec ce projet. Comment faire en sorte que tout le monde respecte l'interdiction ? Selon le rapport sénatorial, 67 procès-verbaux pour non-respect de la ZCR parisienne ont été dressés depuis sa création. Sachant que la zone a bientôt deux ans... La maire de Paris Anne Hidalgo a sa petite idée sur le sujet, toujours selon le rapport de la sénatrice Nelly Tocqueville : "Nous travaillons (...) avec la préfecture de police sur le déploiement de contrôles automatiques par vidéosurveillance à partir des plaques d'immatriculation" a-t-elle fait savoir lors de son audition.