Expérimentation. Prenez un smartphone, activez-le sur mode caméra, pointez-le sur la rue et vous trouverez toutes les voitures disponibles autour de vous. Voici le nouveau service que Koolicar a choisi de présenter ce vendredi 9 février 2018 lors d’une démonstration en réalité augmentée dans Paris. Koolicar Go a déjà été dévoilé lors du CES 2018 et pourrait être proposé à la clientèle B2C dès que les tests seront probants. Mais avant, une trentaine de clients fidèles va prochainement le tester.

Comment ça marche ? Par l’intermédiaire du smartphone, l’utilisateur, qui souhaite louer une voiture selon ses besoins, peut « scanner » la rue et des voitures garées badgées Koolicar apparaîtront grâce à une icône placée au-dessus d’elles. Elle indique d'ailleurs le nombre d’heures ou de jours de disponibilité. Le client clique et peut ainsi ouvrir la voiture rien qu’avec son téléphone, récupérer et débloquer les clés de l'auto qui se trouvent à l’intérieur.

Selon la start-up française, il s’agit d’une innovation technologique majeure pour faciliter la recherche de véhicules, pour augmenter le taux d’occupation et se sortir des contraintes administratives.

« Dire ce que j’ai besoin par le biais de critères ne suffit plus, désormais je peux regarder la rue et monter dans l’auto immédiatement. On a créé de l’intelligence dans la voiture donc maintenant nous devons en créer autour », souligne Hortence de Loppinot, directrice marketing de Koolicar.

Koolicar Go nécessite encore beaucoup de recherches notamment sur la problématique des précisions GPS du système, ce qui engage beaucoup de coûts financiers. D’où l’importance de faire le test auprès de sa communauté.
Koolicar compte aujourd’hui 350 000 membres et recense plus de 50 000 voitures à travers la France. Et la start-up française s’installe officiellement en Martinique et en Guadeloupe dès mi-février 2018 où une dizaine de voitures sont déjà enregistrées pour l’instant. « La priorité est donnée au territoire français et les DOM-TOM, il n’y a pas de projets de croissance à l’étranger tout de suite mais on y pense sérieusement ».