A vouloir des véhicules propres, autant aller jusqu'au bout. La Chine qui entend développer l’usage des véhicules électrifiés, en utilisant la carotte et surtout le bâton, veut imposer  le recyclage de leur batterie.

Ce sont les constructeurs qui en seront responsables comme l'indiquent les nouvelles réglementations publiée par Pékin.

Aux termes de ces textes, les constructeurs qui produisent des modèles électrifiés seront chargés d’installer des centres de collecte et de recyclage des batteries. En attendant, des mesures temporaires leur imposent la collecte des batteries et leur acheminement vers des spécialistes du recyclage.


Identifier le propriétaire de la batterie


Par ailleurs, de leur côté, les fabricants devront développer un système de traçabilité des batteries mises au rebut, afin de permettre l’identification de leur propriétaire.  

Ces fabricants seront en outre encouragés à adopter des designs de batteries standardisés, permettant un démontage simplifié, afin de faciliter le processus de recyclage.  Enfin, ils devront former les constructeurs pour le stockage et le démantèlement des anciennes batteries.


Déjà un marché de 642 millions d'euros en 2018


Dans un premier temps, des programmes pilotes de recyclage des batteries devraient être mis en oeuvre dans des zones  géographiques clés.  

En tablant sur une durée de vie des batteries de 5 ans, le centre chinois de recherche et de technologie automobile prévoit que les batteries hors d’usage en Chine représenteront   120 000 à 200 000 tonnes d’ici à 2020, puis 350 000 tonnes d’ici à 2025. 

Dès 2018, le marché du recyclage des batteries pourrait être valorisé à hauteur de 5   milliards de yuans (642 millions d’euros).