La Chine ne pouvait pas être en reste. Après la France et l'Allemagne qui ont annoncé l'interdiction de la vente des voitures thermiques à partir de 2040, l'Empire du Milieu, premier marché automobile du monde, prépare son calendrier.

Le ministère chinois de l'Industrie et des Technologies de l'information (MIIT) a entamé des recherches sur le sujet et va établir un calendrier en lien avec les administrations concernées.

C'est ce qu'a assuré le vice-ministre de l'Industrie Xin Guobin.

"De telles mesures vont conduire à de profonds changements dans l'environnement de l'industrie automobile en Chine", a insisté M. Xin. Les entreprises devront, conformément aux exigences, améliorer le niveau d'économies d'énergie des voitures traditionnelles et développer vigoureusement les véhicules à énergies propres".

Seuls 500 000 véhicules sur 24 millions vendus en 2016 sont propres


Ce discours a contribué à faire bondir le titre de BYD, constructeur chinois spécialiste de l'auto électrique.

A terme, cette mesure devrait constituer une formidable aubaine pour l'ensemble de l'industrie automobile chinoise.

Quel que soit le calendrier envisagé par les autorités chinoises, le défi à relever s'annonce herculéen : 28 millions de véhicules (dont 24,38 millions de voitures individuelles) ont été vendus l'an dernier en Chine, en hausse de 14%.

-A lire aussi "Interdire les moteurs thermiques serait une aubaine pour la Chine"

Sur ce total, les voitures propres représentent encore une goutte d'eau (1,7%), mais le créneau est attractif: les ventes de véhicules "à énergie nouvelle" ont ainsi bondi de 53% en Chine en 2016, à 507.000 unités, grâce à des primes gouvernementales et à des facilités d'immatriculation.

Bientôt un quota de voitures propres


Pékin a entrepris de réduire les incitations pour les consommateurs, et veut désormais forcer la main aux constructeurs: il a introduit en juin un projet de règlement pour leur imposer un quota de "voitures propres" qui débuterait dès 2018.

Il s'agirait d'un système complexe où chaque véhicule vendu représenterait un certain nombre de crédits, plus généreux pour les voitures électriques. Avec pour obligation pour un constructeur d'accumuler dès l'an prochain 8% de crédits "véhicules verts" sur le total de ses ventes.

Voilà qui incite l'ensemble des constructeurs à gonfler au plus vite leur offre de voitures propres dans l'Empire du milieu.