Au début du mois de juin 2017, une histoire débutée voilà 62 ans par Citroën va s'arrêter. La marque, ou plutôt le groupe PSA, va mettre un point final à la production de l'actuelle C5. La fin d'un modèle certes, mais surtout la fin d'une technologie unique : la suspension hydraulique, appelée aussi hydropneumatique ou encore hydractive 3 pour son actuelle déclinaison. Citroën a d'ores et déjà annoncé le remplacement de cette solution technique par une autre censément plus performante, il n'empêche. Vénérée par les uns et moquée par les autres, la suspension hydraulique fait partie intégrante de l'histoire de Citroën...

La C5, actuellement produite à Rennes-la-Janais, va donc sortir des chaînes avant l'été car il s'agit de faire de la place pour le nouveau Peugeot 5008. La production de cet engin avait été récemment perturbée en raison de la défaillance d'un fournisseur. De 50 véhicules par heure, la cadence de fabrication est passée à 25 par heure. Mais le rythme va ré-augmenter dès ce mois-ci, grâce notamment à une demi-heure de travail supplémentaire chaque jour. Une deuxième équipe de production devrait entrer en action le mois prochain, puis une troisième au mois de juin. C'est à ce moment là, et pour ne pas se disperser sur divers modèles, que PSA devrait arrêter la ligne de production de la C5 pour la basculer sur autre chose.

« Le modèle va certes manquer dans nos immatriculations mais les volumes sont faibles, de l'ordre de 250-300 unités par mois mais la marque n'abandonne pas le segment. C'est juste une question de temps », affirme Amaury de Bourmont, directeur du commerce France de Citroën.

La Citroën C5 sera fabriquée à hauteur de 66 exemplaires par jour dès ce mois de mars. Un volume qui s'avère sans doute en adéquation avec le marché : 242 C5 ont été vendues en en France en février dernier (- 37,6%), et 2 197 sur l'année 2016 (-39,1%).
La production de C5 en 2016 a été de 10 085 exemplaires. Si la fabrication de la C5 à Rennes sera bientôt un souvenir, en revanche, la production de sa cousine en Chine n'est pas remise en cause.