Dénoncé, annulé puis publié de nouveau, l’arrêté du libre choix du réparateur fait tourner bien des têtes. Une nouvelle version a été éditée le 17 juin 2016, mais selon la FNAA (Fédération de l’artisanat automobile), les assureurs ne respecteraient pas le contrat (lire article).

L’organisation syndicale a adressé un courrier avec accusé de réception à plusieurs compagnies d’assurance. Ces lettres dénoncent le non-respect du libre choix du réparateur par ces dernières via leurs plateformes de gestion de sinistres ou leurs experts.

Si la FNAA évoque une "mise en demeure des dits assureurs et au-delà", elle s'appuie sur des remontées terrain inquiétantes, notamment liées aux épisodes grêleux du printemps 2016 dans l'Ain (01).

Les professionnels de l’automobile, au niveau local, réparateurs comme carrossiers subiraient des préjudices économiques.

"La grêle crée un vent de panique, ce sont des milliers de véhicules touchés. Et depuis plusieurs mois, on assiste à la création d'un nouveau système : des assureurs veulent regrouper les expertises à un point donné et faire venir des débosseleurs d'ailleurs. Ils privent ainsi certains carrossiers locaux de toutes interventions et forcent les clients à se déplacer et du coup, ne peuvent donc pas choisir leur réparateur" souligne Aliou Sow, secrétaire général de la FNAA.

Pour l’instant, il ne s’agit encore que de simples mises en garde mais le syndicat n’hésitera pas à poser un ultimatum contre les acteurs concernés par des "actions nécessaires pour faire respecter les droits des réparateurs et des automobilistes" ajoute-t-il. Aliou Sow fait référence à la DGCCRF ou encore à la direction général du Trésor. Le syndicat aura recours à la justice si ces pratiques persistent.