Il n'aura même pas fallu 24 heures aux associations de consommateurs pour dire à nouveau tout le mal qu'elles pensent de l'attitude de Volkswagen dans le cadre du scandale des moteurs truqués : "Cela ressemble surtout à un exercice d'embellissement de la part de Volkswagen de manière à éviter d'avoir à offrir des compensations aux consommateurs" a fait savoir la directrice de Beuc dans un communiqué. Beuc est l'organisation européenne des consommateurs qui fédère elle-même nombre d'associations nationales de consommateurs.

Le 15 juin en effet, Volkswagen a annoncé qu'il offrait une garantie de 24 mois portant sur toutes les pièces moteurs qui ont fait l'objet d'une reprogrammation dans le cadre du dieselgate.

"C'est loin d'être suffisant" analyse encore la directrice de Beuc, "il y a de plus en plus de remontées faisant état de problèmes sur des voitures ayant été réparées". Elle enfonce donc le clou : "Il est triste de constater que Volkswagen ne parait pas concernée par le fait que les millions de consommateurs ont été trompés et méritent un dédommagement en Europe (...) En raison de cette attitude, de plus en plus de consommateurs porteront l'affaire en justice en Europe".

A l'heure actuelle, Beuc n'a pas porté plainte contre Volkswagen. Ce sont ses membres, telle l'influente Test Achats en Belgique par exemple, qui portent l'affaire devant les tribunaux. Test Achats a d'ores et déjà lancé une action collective contre VW pour tous les propriétaires de véhicules antérieurs à septembre 2014. Pour ceux qui possèdent une auto plus récente, l'association belge offre un soutien aux actions individuelles.

Aux Etats-Unis, les clients lésés de Volkswagen ont reçu une compensation comprise entre 5000 et 10 000$, en fonction de l'âge de leur véhicule.