Ce que le groupe Volkswagen redoutait, la justice britannique l’encourage. Ainsi, un tribunal londonien a recommandé l'ouverture d'une action en nom collectif contre Volkswagen dans l'affaire du dieselgate.

Le tribunal a donné sept mois aux éventuels plaignants désireux de se joindre à l'action pour le faire. Il a également désigné le cabinet Leigh, qui représente 2.000 plaignants, comme co-représentant principal dans cette affaire.

Un autre cabinet d’avocats, Gordon and Slater, dit représenter à lui seul plus de 40.000 plaignants.

Une procédure "prématurée et infondée"


Volkswagen a affirmé avoir "mis en place les correctifs sur plus de 840.000 véhicules au Royaume-Uni et plus de 6,4 millions dans toute l'Europe, et une majorité écrasante des clients sont satisfaits".

C’est pourquoi, le constructeur a jugé la procédure de demande d'indemnisation "prématurée et infondée". "Nous ne pensons pas que nos clients britanniques ont souffert d'une quelconque perte financière en lien avec la question du NOx".

 

Les frais de justice pris en charge


Volkswagen a provisionné plus de 22 milliards d'euros pour faire face à une pluie d'amendes et de demandes de dédommagements dans le monde.

Gordon and Slater a souligné que les propriétaires de véhicules qui souhaiteraient se joindre à la plainte n'auront pas de frais de justice à débourser, ceux-ci étant pris en charge par le fournisseur de fonds de contentieux Therium.